Fermer la publicité
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

L'opération Vice Versa lancée : un cœur de ville pour Avon

le - - Économie - Vie des entreprises

L'opération Vice Versa lancée :  un cœur de ville pour Avon
© DR

La première pierre de l'opération Vice Versa/Eclipse a été posée dernièrement à Avon, sur la ZAC de l'écoquartier des Yèbles de Changis. Ce nouvel ensemble constituera un véritable cœur de ville, entouré de part et d'autres par la gare de Fontainebleau-Avon et la forêt de Fontainebleau. Il est prévu d'y construire 73 logements locatifs intermédiaires, 85 logements en accession libre du T1 au T4, une résidence jeunes actifs, trois commerces, une crèche et 3000 m² de bureaux.

« Une ville, ce n'est pas la juxtaposition de bâtiments au gré de divers intérêts privés, mais un espace organisé pour sa population en fonction du site et de son environnement, de ses besoins et activités propres ». La maire d'Avon, Marie-Charlotte Nouhaud, n'a pas manqué de rappeler, lors des discours de lancement des travaux, la vision qui avait présidé à la genèse de ce projet dont le maître d'ouvrage est Ametis et qui comprend 73 logements locatifs intermédiaires, une résidence jeunes actifs (100 logements, par Adoma), 85 logements en accession libre du T1 au T4 (résidence Eclipse, par Ideom), trois commerces, une crèche et de quelque 3 000 m2 de bureaux. Suite à une concertation publique, le projet initial avait été modifié pour inclure « davantage de mixité fonctionnelle ».


Marie-Charlotte Nouhaud, maire d'Avon

Il faut dire que le site, implanté aux abords de la gare de Fontainebleau-Avon et de la forêt de Fontainebleau, a constitué un véritable défi pour MFR Architectes, compte tenu de son « contexte très hétérogène ». « Nous avons dû concilier des typologies de bâtiments très différentes, allant de petits collectifs en R + 2 et
R + 4, avec aussi une gare assez basse et en contrebas, un quartier pavillonnaire », explique Ronan Fournier Le Ray, du cabinet d'architecture MFR, qui souligne la « déclivité très importante entre la rue du Général de Gaulle et la rue des Yèbles », atteignant près de 12 mètres. « Aujourd'hui nous apercevons entièrement ce paysage boisé, évidemment nous allons le boucher partiellement, mais l'idée, c'est de garder des grandes percées qui porteront le regard vers le grand paysage lointain, depuis la forêt de Fontainebleau vers le contrebas », ajoute l'architecte. S'agissant de la résidence Eclipse, Johann Lotz, directeur général adjoint d'Ideom, a pu préciser que la commercialisation « se passait bien », avec 55 % de pré-commercialisation (3 400 euros/m²) et une livraison prévue pour la fin du 4e trimestre 2020.

L'accessibilité améliorée

La Sem Aménagement 77 est le concessionnaire de la ZAC et chargé des travaux publics de l'opération. « Il ne s'agit pas d'un simple bétonnage d'un territoire qui n'était pas utilisé. En effet une partie du territoire sera dédiée à de véritables espaces publics de quelque 4 000 m² dont plus de 2 000 en pleine terre au cœur de cette opération avec une coulée verte qui mènera vers la forêt », précise François Corre, directeur général d'Aménagement 77. La Sem réalisera notamment un parvis au pied des nouveaux commerces sur l'avenue du Général de Gaulle, un square, ainsi que la coulée verte piétonne qui viendra en élargissement du trottoir de la rue de la Petite Vitesse menant à la forêt. Et pour permettre une meilleure accessibilité à la gare, une rampe en « pas-d'âne » va prendre place entre la rue des Yèbles et la rue de la Petite Vitesse. « Cette pente très douce et large permettra de rejoindre le plateau de la gare de façon sécurisée, on sera très loin de l'actuel escalier », précise François Corre.

Un cœur de ville à dessiner

« Pour nous, c'est la requalification d'un quartier, un véritable cœur de ville que nous voulons faire battre dans Avon, ville démunie de centre-ville du fait de son histoire mais qui disposera avec ce projet d'une concentration équilibrée de logements, d'activités, de services et un espace paysager de 2 000 m2 qui restera végétalisé », relate Marie-Charlotte Nouhaud.

Il s'est agi avant tout, pour l'édile, de répondre aux attentes des habitants, en gardant à l'esprit trois paramètres : la demande de logement croissante en Île-de-France, le besoin d'activité et l'impératif de ne pas transformer Avon en « cité-dortoir ». C'est pourquoi les parties prenantes ont été notamment attentives aux besoins des jeunes actifs, souvent en difficulté pour se loger, lorsqu'ils sont en « CDD, en apprentissage ou en stage ». La proximité de la gare leur permettra de se rendre aisément sur leur lieu de travail ou de loisirs.

Soucieuses de préserver le cadre environnemental, les parties prenantes ont notamment prévu de mettre en place un système particulier de gestion des eaux pluviales, des panneaux photovoltaïques, des capteurs solaires, des terrasses végétalisées, du bois pour les façades ou encore des bornes enterrées pour les déchets. « Nous ne sommes pas labellisés écoquartier, mais nous en aurons tous les critères », résume la maire d'Avon. Le paysagiste a aussi eu un rôle particulièrement important lors de la conception du site. Ce dernier aura en effet recours à des « essences de la forêt de Fontainebleau », comme en écho à ce site qui pourrait être classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

« Il s'agit en somme d'impulser un urbanisme maîtrisé et régulé ; nous modifions le PLU en ce sens, pour moins bétonner et imperméabiliser les sols, réduire les volumes et la densité. C'est une évidence pour Avon, qui est entourée par une forêt inestimable », résume Marie-Charlotte Nouhaud, indiquant que cette politique correspond aussi aux axes prioritaires dégagés par le projet de territoire du Pays de Fontainebleau (tendant à maintenir dans l'intercommunalité un cadre de vie qualitatif).

Saluant également la création de la résidence jeunes actifs, le maire de Fontainebleau, Frédéric Valletoux, a émis l'idée que l'allée paysagère porte le nom de sa ville. « De la même façon que nous avons une belle rue d'Avon à Fontainebleau, il pourrait y avoir un peu de Fontainebleau à Avon », a suggéré avec malice l'édile bellifontain.

D'un coût de quelque 25 millions d'euros au total, le projet sera livré de fin 2020 à début 2021.

Les bureaux à commercialiser

Baptisé Reverseo et commercialisé par Ametis, cet ensemble atteint quelque 3 000 m² de bureaux répartis sur 3 niveaux et 12 plateaux allant de 112 m² à 300 m², tous modulables et offrant des solutions d'aménagement multiplies adaptés aux modes de travail contemporains. Les professionnels auront à disposition un parking sécurisé en sous-sol de 65 places, à proximité immédiate de la gare de Fontainebleau-Avon. Les locaux bruts sont vendus à un prix de 2100 euros HT/m². Les PME locales sont privilégiées et les lieux auront aussi vocation à accueillir des espaces de coworking, des activités médicales et paramédicales.




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer