AccueilInfos régionL'ONF recense les oiseaux de la forêt de Fontainebleau

L'ONF recense les oiseaux de la forêt de Fontainebleau

Depuis 2018, l'Office national des forêts mène un inventaire ornithologique complet sur le massif seine-et-marnais.
L'ONF recense les oiseaux de la forêt de Fontainebleau
@ ONF

TerritoiresInfos région Publié le ,

Le massif forestier de Fontainebleau abrite une biodiversité remarquable. Ses paysages variés offrent refuges et nourriture à de nombreux oiseaux. Chaque printemps, depuis trois ans, les ornithologues du réseau Avifaune de l'ONF y recensent tous les oiseaux. Cet inventaire ne se veut pas sélectif : de la Fauvette pitchou au Gobemouche noir, en passant par la Mésange charbonnière ou encore le Pouillot de Bonelli, toutes les espèces font l'objet d'un suivi complet.

Etalée sur quatre ans, cette étude vise à améliorer les connaissances sur les populations d'oiseaux. Cette année, l'ONF a programmé deux campagnes durant la période de reproduction en avril et ce mois-ci. Menées au moment où les oiseaux sont les plus actifs, ces campagnes s'appuient sur un protocole précis.

L'inventaire ornithologique suit, en effet, la méthode dite “Indice ponctuel d'abondance”. Les équipes placent des points d'écoute sur une cartographie GPS, espacés de 300 à 500 m les uns des autres. À Fontainebleau, 360 points d'écoute ont été choisis, afin de représenter au mieux les différents habitats naturels (landes et pelouses sèches, peuplements forestiers jeunes ou matures, réserves biologiques, chaos rocheux). Les comptages débutent une demi-heure après le lever du soleil et se terminent vers 10h. Sur chaque point, les ornithologues relèvent tous contacts avec les oiseaux, qu'ils soient visuels ou auditifs : chants, accouplements, parades nuptiales, tambourinages, construction de nid…

Le chant reste l'indice le plus précis pour détecter leur présence. Chaque espèce a le sien : excepté pour le rouge-gorge, c'est le mâle, célibataire et disponible, qui chante. Des cris et piaillements que l'oreille experte des naturalistes reconnaît. Une fois l'animal identifié, l'espèce et le nombre sont retranscrits en vue d'établir l'évaluation statistique et géographique. Une analyse de la patrimonialité (espèces protégées ou en danger) des cortèges d'oiseaux est alors établie.

Attendus à la fin de l'année, les résultats de cette campagne nourriront les bases de données de l'ONF et celle de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) porté par le Museum national d'histoire naturelle. Transcrits dans un rapport détaillé, ces indicateurs aideront l'ONF à mettre en place les prescriptions environnementales qui s'appliqueront dans la gestion forestière courante. En effet, si telle ou telle espèce présente est considérée comme menacée, les travaux sylvicoles intégreront aussitôt toutes ces données pour mieux les protéger.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?