AccueilÉconomieVie des entreprisesL'indice de réparabilité, un outil contre l'obsolescence

L'indice de réparabilité, un outil contre l'obsolescence

Depuis le 1er janvier 2021, l'indice de réparabilité est déployé sur cinq catégories de produits (lave-linge à hublot, smartphones, ordinateurs portables, téléviseurs et tondeuses à gazon électriques).
L'indice de réparabilité, un outil contre l'obsolescence
@ DR

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

Cet outil, prévu par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, vise une meilleure information du consommateur sur le caractère plus ou moins réparable de ses achats. Sur le modèle de l'étiquette énergie, une note allant de 0 à 10/10 permet désormais au consommateur d'orienter son choix selon le caractère plus ou moins réparable des produits, avant achat. Plus l'indice est faible, plus il sera difficile de faire réparer l'objet.

Le but est de sensibiliser les consommateurs sur la possibilité d'allonger la durée de vie et d'utilisation de leurs appareils, notamment en orientant leurs comportements d'achat vers des produits plus facilement réparables et en les incitant à recourir davantage à la réparation en cas de panne. Il constitue un outil de lutte contre l'obsolescence, programmée ou non, et permet de préserver les ressources naturelles nécessaires à la production des produits. Il contribue également à la réduction des déchets et de la pollution émise dans le cadre de leur fabrication, ainsi qu'à soutenir des filières professionnelles du secteur de la réparation. Une carte est ainsi mise en ligne par les Chambres des métiers et de l'artisanat, avec le soutien de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Elle permet d'obtenir les coordonnées de ces professionnels détenteurs d'un label “répar'acteur”. Celui-ci engage les professionnels à privilégier de façon catégorique la réparation des biens et équipements.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?