Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

L'euro : un bouc émissaire commode

le - - Territoires - Collectivité

En France, comme dans d'autres pays européens malmenés par la crise, l'augmentation – jugée excessive – des prix est une préoccupation récurrente, la cause en étant fréquemment imputée à l'euro.

Deux-tiers de nos concitoyens estiment que l’inflation est la première cause de la dégradation de leur situation financière. Or elle est actuellement inférieure à 1 %% par an. Mais plusieurs sondages ont montré que le taux d’inflation perçu par les Français est, depuis quelques années, trois à quatre fois supérieur au taux réel mesuré par l’Insee. De même, les Français se plaignent volontiers du fait que leurs salaires stagnent ou progressent peu, alors qu’ils ont augmenté de plus de 2 %% l’année dernière.

Le décalage entre perception et réalité est encore plus flagrant avec l’euro. Toutes les études économiques le confirment : l’impact du passage à la monnaie unique européenne s’est limité à un glissement de l’indice des prix de 0,1 à 0,2 %%. Pourtant, les Français rendent volontiers l’euro responsable de l’inflation et, dans un sondage datant de 2011, un sur trois souhaitait même sortir de l’euro et revenir au franc. Comment expliquer une telle méfiance, particulièrement nette dans les classes populaires ? L’une des idées sous-jacentes consiste peut-être à considérer que l’appartenance à l’Euroland entraîne de lourds sacrifices financiers pour aider certains Etats en difficultés. Mais alors quid de la solidarité ?

Il faut surtout déplorer que trop de responsables politiques se défaussent de leurs responsabilités en incriminant la bureaucratie européenne ou les contraintes induites par un euro fort.






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer