AccueilÉconomieVie des entreprisesL'économie francilienne guette le rebond

L'économie francilienne guette le rebond

Réalisée par la Banque de France Île-de-France entre le 23 novembre et le 22 janvier auprès de 4 500 entreprises franciliennes, cette consultation mesure l'impact économique de la crise sanitaire.
L'économie francilienne guette le rebond
© DR

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

« Le choc a été d'une violence extrême, affirme d'emblée Jean-Pascal Prevet, directeur régional de la Banque de France en Île-de-France. C'est la plus grave crise depuis l'après-guerre. L'Île-de-France a été la région la plus touchée, car nos forces, comme les activités touristiques, culturelles et événementielles, se sont transformées en handicaps. Mais les mesures gouvernementales se sont révélées efficaces. Si la chute a été forte, le rebond le sera tout autant et plus rapide qu'ailleurs. Il est surtout attendu au second semestre 2021. »

En attendant que ce pronostic se vérifie, Jean-Pascal Prevet note que les dirigeants d'entreprises se sont vite adaptés au marasme ambiant. Mieux, 85 % d'entre eux ont anticipé une reprise d'activité sensible. C'est notamment le cas du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP), qui a relevé la tête à la sortie du premier confinement. Les clignotants sont au vert en ce qui concerne les effectifs et la rentabilité grâce, notamment, à l'efficacité du plan de relance dans ce secteur. « L'Île-de-France possède un vrai savoir-faire en matière de BTP, constate le directeur régional de la Banque de France. C'est l'un de nos points forts. Avec les travaux du Grand Paris, des JO de 2024 et la construction de logements, il y a du travail. »

48, 4 millions d'euros de PGE

Paradoxalement, la pandémie n'a pas empêché des entreprises de voir le jour. Malgré un contexte incertain, on a, en effet, enregistré 30 % de créations en 2020, soit 73 000 nouvelles entreprises et une augmentation de 15 % par rapport à 2019. Plus de deux créations sur trois l'ont été dans le commerce, le transport et les activités de service.

Jean-Pascal Prevet évoquait précédemment l'importance des aides consenties par le gouvernement. C'est notamment le cas des Prêts garantis par l'Etat (PGE). S'élevant à 48,4 millions d'euros, rien que pour les entreprises franciliennes, 60 % d'entre eux ont été accordés au TPME (très petites et moyennes entreprises). Les principaux secteurs bénéficiaires sont respectivement l'hôtellerie, la restauration et le commerce durement touchés par la crise. Ces aides ont permis d'éviter des défaillances massives. D'ailleurs, entre novembre 2019 et novembre 2020, ces faillites ont été en recul de 34 % en Île-de-France. Mais la « guerre » contre le virus est encore loin d'être gagnée. Il faudra poursuivre les efforts tout au long de cette année.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?