AccueilTerritoiresInfos régionKatia Alves, une passion animale
Journée internationale des droits des femmes

Katia Alves, une passion animale

À Villeneuve-les-Bordes se trouve une ancienne ferme briarde que Katia Alves continue de rénover. Son ambition ? En faire un havre champêtre destiné à ses nombreux moutons et chèvres.
Katia Alves, une passion animale
© MSM

TerritoiresInfos région Publié le , Maud-Alexia Faivre

En Île-de-France, la production céréalière domine l’élevage. Une réalité qui n’a toutefois pas refroidi Katia Alves. Cette pure Seine-et-Marnaise a décidé d’élever 50 moutons et chèvres dans un pâturage où elle leur prodigue une tendresse toute particulière au sein de sa ferme, Les Verts Pâturages. Comptable de profession et mère de trois garçons, Katia parvient à concilier obligations professionnelles et familiales, malgré des nuits courtes et les aléas du quotidien. Pleine de ressources et ouverte d’esprit, son énergie débordante suscite l’admiration. Femme engagée, combative et passionnée, elle trace sa route avec un fort désir de transmettre aux autres sa vocation.

C’est en 2020 que Katia Alves a acquis cette ferme vieille de 600 ans, ainsi que 30 hectares de pâturage à Villeneuve-les-Bordes. D’importants travaux de déblayage s’imposent d’abord pour accueillir son bétail. Moutons d’Ouessant, Shetland, Solognotes et chèvres cachemire, ainsi que des Fossés se côtoient dans la bergerie. L’éleveuse connaît chacune de ses bêtes et l’attention qu’elle leur porte est synonyme de préservation. « Je suis en contrôle de performance sur les Solognotes, qui est une brebis à faible effectif. On en comptait 300 000 il y a 40 ans. Aujourd’hui, elles sont seulement 3 000. C’est dû à l’impact de l’homme. On réalise des croisements encore et encore et on en oublie la base de la rusticité », constate-t-elle amèrement.

Proche de ses bêtes jusqu’à la fin

Avec l’élevage vient la procréation. Les mâles reproducteurs sont installés dans un autre enclos, bien séparés des femelles. Si des agneaux et des chevreaux naissent, nombre de ses chèvres et brebis sont aussi bientôt sur le point de mettre bas, Katia Alves ne force pas la reproduction. Quand ses bêtes sont malades, elle met à profit ses connaissances en homéopathie ou suit des conseils en ligne ou d’autres éleveurs, pour les soigner du mieux possible.

Mais à côté de la vie rôde la mort. Si Katia se mêle aux nombreuses voix qui se font entendre pour remettre en cause les pratiques d’abattage et qu’elle se dévoue sans relâche pour ses bêtes, elle y a tout de même recours dans le respect de la souffrance animale via des centres éthiques. « Je préfère parcourir 80 kilomètres supplémentaires et m’assurer que mes bêtes sont traitées correctement que d’aller à l’abattoir du coin, qui a d’ailleurs fini par fermer tant ses méthodes étaient barbares… », confie-t-elle.

À écouter Katia Alves raconter ses nombreuses histoires qui pavent son chemin, on comprend vite l’essentiel : au-delà de son travail, elle est loyale avec elle-même.

Les Verts Pâturages: 15, rue des Bordes, Villeneuve-les-Bordes.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 avril 2023

Journal du01 avril 2023

Journal du 25 mars 2023

Journal du25 mars 2023

Journal du 18 mars 2023

Journal du18 mars 2023

Journal du 11 mars 2023

Journal du11 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?