AccueilInfos régionJean-François Parigi, nouveau président du Département « La tâche est immense, mais passionnante »

Jean-François Parigi, nouveau président du Département « La tâche est immense, mais passionnante »

Élu, comme prévu, à la tête du Conseil départemental de Seine-et-Marne, Jean-François Parigi, 61 ans, va renoncer à son mandat de député (LR) de Meaux pour se consacrer pleinement à ses nouvelles fonctions. Le successeur de Patrick Septiers affiche ses ambitions pour la Seine-et-Marne.
Jean-François Parigi, nouveau président du Département « La tâche est immense, mais passionnante »

TerritoiresInfos région Publié le ,

Quel est le sentiment général qui domine depuis votre élection ?

Nous sommes déjà au travail avec la volonté de poursuivre le projet engagé en 2015 et relever collectivement le défi de la relance économique, sociale et culturelle dans notre territoire. Je mesure la responsabilité qui m'est confiée et je tiens à remercier les Seine-et-Marnais et mes collègues de la confiance qu'ils m'ont accordée. J'aime ce territoire et je m'engage à mettre toute mon énergie et ma passion au service de tous ses habitants.

Le chiffre record de l'abstention n'incite-t-il pas à une grande humilité ?

Cela témoigne d'un certain désintérêt de nos concitoyens pour la politique. Il y a eu également un défaut d'information de la part de l'État. Beaucoup de Seine-et-Marnais ignorent encore le rôle et les compétences du Département. En tant qu'élus, il est de notre devoir d'aller à leur rencontre et de les informer. Je préside désormais un Département qui est la collectivité de tous les habitants et avec un sentiment de grande responsabilité et d'humilité. Avec la majorité départementale, nous allons ouvrir plusieurs chantiers, afin que les Seine-et-Marnais voient leur quotidien s'améliorer concrètement et rapidement.

Vous allez abandonner votre mandat de député, ce qui est une démarche plutôt rare. Est-ce une preuve de fidélité pour votre territoire ?

Je viens d'un milieu populaire et être un élu national a été un grand honneur. Mais être président de ce département l'est tout autant ! Je suis résolument engagé depuis de nombreuses années pour ce territoire. À titre personnel, j'y ai grandi, étudié, fondé une famille et j'y habite depuis toujours. Je suis très attaché à ce département qui m'a tout donné. Aujourd'hui, je suis heureux de pouvoir me mettre au service de la Seine-et-Marne pour la faire rayonner en Île-de-France et au-delà. C'est un territoire qui présente des enjeux forts et stratégiques. Avec une population en forte croissance, il faut adapter les infrastructures, accueillir plus d'entreprises, plus de soignants, veiller à ne laisser personne au bord du chemin et se préparer aux JO 2024. La tâche est immense, mais passionnante.

Vous avez affirmé que vous ne seriez pas le chef d'un clan. Quel président serez-vous ?

Les joutes politiques sont closes et les prochaines années seront consacrées entièrement à notre projet pour la Seine-et-Marne. Je souhaite placer ce mandat sous le signe de l'action pour un département préservé, solidaire, innovant et attractif. Nous travaillerons dans un esprit constructif et dans le dialogue. Je sais pouvoir compter sur tous les élus du Conseil départemental, car nous partageons la même passion et le même dévouement pour notre territoire. Je veux aussi rappeler que le Département est le premier partenaire des collectivités locales. Il est donc essentiel de travailler en équipe avec les élus locaux. Ils sont en première ligne pour faire face aux situations d'urgence comme la crise sanitaire ou les inondations. Je serai donc présent pour les accompagner au quotidien, mais aussi pour construire avec eux la Seine-et-Marne de demain.

Que répondez-vous à ceux qui affirment que c'est votre ami Jean-François Copé (maire de Meaux) qui dirigera le Département ?

Jusqu'à preuve du contraire, je suis le président du Département et non pas l'émissaire de Jean-François Copé ! Il est mon ami, mais pour autant, nous avons chacun notre parcours politique et notre vision. Mon retour au sein du Conseil départemental est le fruit d'une démarche et d'une réflexion liées notamment à la crise sanitaire. Cette période m'a fait prendre conscience du rôle clé de la collectivité départementale, qui a su agir rapidement et très concrètement pour aider les acteurs locaux. Vous pouvez compter sur moi pour relever, avec l'ensemble des élus et des agents départementaux, les nombreux défis qui nous attendent.

Vous vous revendiquez de l'esprit de Jean-Jacques Barbaux (ancien président du Département décédé en 2018). Est-ce une façon de prolonger son action ?

Jean-Jacques Barbaux était un visionnaire qui a su incarner et comprendre la Seine-et-Marne. Il a donné une nouvelle dynamique à ce territoire. Comme il aimait à le dire, la Seine-et-Marne est une “petite France” avec sa ruralité, ses zones urbanisées et sa diversité économique et sociale. Quand on aime la France, on aime forcément la Seine-et-Marne ! Aujourd'hui, je souhaite m'inscrire dans ses pas pour défendre ce territoire, renforcer son unité, sa visibilité et sa place en Île-de-France. Je veux agir pour “passer d'une logique de territoire servant à une logique de territoire servi”, comme il le disait si bien.

Un mot sur le bilan de votre prédécesseur Patrick Septiers ?

Je salue bien évidemment le travail et le rôle essentiel de tous les élus de la majorité sortante dans la mise en œuvre de la politique impulsée en 2015 et dans la gestion de la crise.

Quels seront les maîtres-mots de votre mandat ?

Mon ambition est de réconcilier le Nord, le Sud, l'Est et l'Ouest du département en réduisant les fractures territoriales dans tous les domaines. La majorité départementale a fait un très bon travail au cours du dernier mandat pour lutter contre ces inégalités. C'était une volonté de Jean-Jacques Barbaux dès 2015. Aujourd'hui, je veux amplifier cette dynamique afin de faire de la Seine-et-Marne un territoire plus sûr, plus solidaire et plus écologique.

Comment allez-vous y prendre pour qu'elle pèse davantage en Île-de-France ?

La Seine-et-Marne est le plus grand département francilien avec des pôles d'attractivité économique majeurs comme l'aéroport de Roissy ou encore Disneyland Paris. Mais nous avons aussi des artisans et une identité rurale à préserver. Par nature, la Seine-et-Marne a donc un rôle essentiel à jouer au sein de la région. Il nous appartient d'utiliser tous ces atouts, afin d'orienter et d'imposer notre vision. Je pense notamment au Grand Paris qui doit s'impliquer davantage dans nos projets locaux et pas seulement nous considérer comme la “poubelle de l'Île-de-France” pour l'enfouissement des déchets. Nous ne l'acceptons plus. La Seine-et-Marne, c'est le poumon vert de notre région. De la forêt de Fontainebleau au bois de Montgé, en passant par la réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux, nous possédons un patrimoine naturel magnifique que nous devons protéger. Je sais la présidente de la Région, Valérie Pécresse, sensible à ces sujets. Elle sera notre alliée pour faire entendre notre voix à chaque fois que cela sera nécessaire.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?