AccueilArt de vivreLoisirs & CultureJean-François Copé : « un lieu intergénérationnel »

Histoire Jean-François Copé : « un lieu intergénérationnel »

Pour le maire de Meaux et président de l’agglomération Pays de Meaux, le musée de la Grande Guerre est une véritable réussite. Il évoque ce 10e anniversaire, non sans fierté.
Jean-François Copé : « un lieu intergénérationnel »
© DR

Art de vivreLoisirs & Culture Publié le , Propos recueillis par Clémence Viola

Quel bilan dressez-vous 10 ans après l’ouverture du musée ?

Il a su se positionner comme un établissement culturel et scientifique de premier plan pour la transmission de l’Histoire de la Grande Guerre. C’est aussi un succès de fréquentation. En 10 ans, il a accueilli près d’un million de visiteurs. Le musée rencontre également un fort engouement auprès des jeunes publics et des groupes scolaires, notamment. Cela signifie que les enseignants se sont appropriés le musée pour en faire un support pédagogique à part entière. Lors du centenaire de la Première Guerre mondiale, le musée a largement contribué à la dynamique nationale autour du cycle des commémorations. Le pari était de continuer à séduire le public et avec 100 000 visiteurs en 2019, le musée a affirmé sa place. Aujourd’hui, malgré un contexte complexe, il continue d’attirer du public. Les 4 et 5 septembre, près de 5 800 personnes ont ainsi participé à une reconstitution historique. Une fréquentation record ! Les vacances de la Toussaint ont aussi connu une belle affluence. 

Quels grands moments retenez-vous ?

Difficile de faire un choix ! Je souhaite retenir la rencontre avec Jean-Pierre Verney, l’homme dont la collection est à l’origine de la création de ce musée. Je l’avais rencontré en 2004 au musée Bossuet pour le 90e anniversaire de la première bataille de la Marne. Ce fut le point de départ de ce projet. L’inauguration du musée, le 11 novembre 2011 en présence du président de la République, Nicolas Sarkozy, a aussi été un moment extrêmement fort. Même chose avec la reconstitution historique en 2013. Elle a été le point de départ d’un grand temps fort qui offre, chaque année, une transmission aux jeunes générations qui n’ont pas pu parler de la Grande Guerre avec leurs arrière-grands-parents. Rendre l’Histoire vivante et humaine pour qu’elle reste dans nos mémoires, c’est une mission que le musée relève quotidiennement.

Quel type de public accueillez-vous généralement ?

En dehors des scolaires, la fréquentation du musée a beaucoup évolué. De nombreux visiteurs seine-et-marnais viennent ou reviennent, ce qui montre l’ancrage territorial du musée. C’est un lieu intergénérationnel par essence et il n’est pas rare de voir des grands-parents accompagner leurs petits-enfants, dans un souci de transmission. Nous accueillons aussi des visiteurs nationaux et des touristes étrangers, venus principalement de Grande-Bretagne, des Etats-Unis ou de Belgique.

Avez-vous de nouveaux projets ?

Nous allons construire, dans le parc du musée, une tranchée reconstituée qui sera un outil pédagogique formidable. En 2023, le parc accueillera également deux wagons de la Première Guerre mondiale pour expliquer l’importance du rail dans le conflit. Nous prévoyons aussi l’implantation d’un bâtiment dédié à la restauration des scolaires. Enfin, nous avons hâte d’accueillir la deuxième étape du Tour de France féminin le 25 juillet 2022. Ce sera l’occasion d’évoquer le rôle majeur des femmes dans la Première Guerre mondiale. Mais en attendant, nous allons fêter tous ensemble cet anniversaire le 11 novembre. Concerts, expositions, reconstituteurs, spectacle son et lumière et feu d’artifice : tous les ingrédients seront réunis pour passer une journée placée sous le signe de l’Histoire et du partage. 

 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?