Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

Jean-françois Copé « Le passage à l'IA doit être le combat politique des dix prochaines années »

le - - Territoires - Collectivité

Jean-françois Copé « Le passage à l'IA doit être  le combat politique des dix prochaines années »
© DR

Laurent Alexandre et Jean-François Copé viennent de cosigner un livre consacré à l'intelligence artificielle et au risque de voir cette dernière terrasser la démocratie (JC Lattès – Coup de sang). Le scientifique et le politique confrontent leurs convictions. Celles de Laurent Alexandre sont déjà connues à travers ses nombreux ouvrages sur le sujet – La Mort de la mort, La Défaite du cancer, La Guerre des intelligences... En revanche, la position de Jean-François Copé constitue une première. Les hommes politiques sont en effet pour le moins réservés sur le sujet...

Ce livre est, pour le maire de Meaux, « une façon d'être un lanceur d'alerte sur ce phénomène scientifique dont l'impact sur la vie humaine est comparable à ce que furent, en d'autres temps, la maîtrise du feu durant la Préhistoire, la machine à imprimer de Gutenberg, l'invention de la machine à vapeur, de l'électricité ou encore la découverte de la pénicilline. Son impact va radicalement transformer la société humaine ».

En posant la question “L'IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ?”, Laurent Alexandre et Jean-François Copé ont notamment voulu révéler le contraste existant aujourd'hui entre l'impact grandissant de cette intelligence artificielle sur le quotidien et le silence des politiques. Le maire de Meaux est très frappé de constater l'absence de discours sur ce sujet : « Je suis sidéré qu'Emmanuel Macron, par ailleurs un homme moderne, n'ait pas écrit une seule fois les mots “intelligence artificielle” dans sa lettre aux Français. L'IA est, par ailleurs, totalement absente du grand débat, alors qu'au contraire, elle devrait le structurer. »

Pour Jean-François Copé, « La révolte des gilets jaunes, dans la dimension sincère des premières heures du mouvement, est également un cri d'alarme face à ces transformations technologiques. Beaucoup de nos compatriotes se demandent que va devenir leur emploi, leur vie quotidienne, quel sera l'avenir de leurs enfants... Nous, politiques, devons être capables de prendre un certain nombre de décisions et d'orientations stratégiques qui permettent à la France, dans les 10 ans qui viennent, d'être une “IA nation”. »

Aux yeux du maire de Meaux, il n'y a qu'une chose que l'intelligence artificielle ne mesurera jamais : la dimension affective. « C'est une divergence que j'ai avec certains scientifiques. Je pense que l'intelligence artificielle forte, c'est-à-dire dotée d'affect, est très loin d'exister. »

L'avènement de l'intelligence artificielle est, pour Jean-François Copé, « comparable à ce fameux jour où John Fitzgerald Kennedy a présenté aux Américains le programme Apollo avec, au terme d'une décennie, le premier pas de l'homme sur la Lune ». Selon lui, « Nous devons être capable de proposer un projet de cette envergure, faisant de la France et de l'Europe un pays et un continent dédiés à l'intelligence artificielle, en faisant tous les efforts financiers, culturels, sociaux et sociétaux nécessaires pour atteindre cet objectif ».

L'heure du « Yalta de la souveraineté »

Il y a urgence : « les responsables politiques français et européens n'ont pas encore pris la mesure du changement de paradigme. Aujourd'hui, le budget annuel de recherche d'Amazon est de 18 milliards de dollars. A peu de chose près, c'est deux fois le budget total de la recherche publique en France ».

Pour Jean-François Copé, c'est le moment de choisir : « Soit nous continuons à regarder se constituer les géants de l'IA ailleurs et acceptons d'en être les clients en nous lamentant sur les conséquences et les risques que cela emporte, soit nous décidons de reprendre la main et de devenir les stratèges en imaginant une tactique et un plan pour exister sur ce terrain. »

Comment l'IA aide à gérer une ville comme Meaux ?

Comme le souligne Jean-François Copé, « L'intelligence artificielle doit être omniprésente dans la réflexion, notamment à travers le concept de “Smart City”. Il faut utiliser l'intelligence artificielle pour faciliter la vie des habitants, pour moderniser nos administrations, pour réduire les délais d'attente pour accéder aux fondamentaux de la relation administrative. L'IA peut également permettre aux administrés d'obtenir un maximum d'informations dans tous les domaines. Elle intervient dans le quotidien avec, par exemple, la coordination des horaires de transports, des horaires scolaires... Tout ce qui fait la vie en commun est déjà impactée.

Ma conviction est que dans les 10 ans qui viennent, les transformations seront démultipliées, ne serait-ce que par la généralisation du futur véhicule autonome qui va tout changer.

L'atout majeur de l'intelligence artificielle est de proposer aux élus des grilles d'analyses rationnelles au moment de prendre une décision, dans tous les domaines. Si vous devez faire le choix d'implanter un équipement, l'IA devient un outil permettant d'objectiver la décision en prenant en compte l'identification des besoins réels, et l'impact d'une option comparable dans d'autres villes. »




Jean-Paul VIART
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer