Fermer la publicité
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

Interview : Patrice Pagny

le - - Actualité - Grand témoin

Interview : Patrice Pagny
Patrice Pagny

Expert-comptable et commissaire aux comptes depuis 1972, M. Patrice Pagny a été pendant 17 ans maire de Lagny-sur-Marne. Il a récemment envoyé un courrier à l'Elysée pour proposer de modifier le fonctionnement de Pôle Emploi afin d'en améliorer l'efficacité.

 

 

Moniteur de Seine-et-Marne : Maire de Lagny-sur-Marne de 1995 à 2012, vous avez démissionné en octobre 2012. Pourquoi ?

 

Patrice Pagny : Ayant décidé de ne pas me représenter en 2014, j’ai tout simplement souhaité passer le relais à Sylvie Bonnin. Elle était première adjointe dans mon équipe municipale et avait manifesté le désir de se présenter pour me succéder.

 

MSM : Dans le cadre de votre fonction de maire, vous vous êtes intéressé au marché de l’emploi. Quelles observations formulez-vous sur son fonctionnement ?

 

P.P. : J’ai constaté, depuis une douzaine d’années, que l’ANPE (à l’époque) puis Pôle Emploi travaillaient de façon relativement inefficace. Les entreprises se plaignent de ne pas avoir suffisamment de candidats, ou parfois trop tard, ou bien n’ayant pas le bon profil. Les demandeurs d’emploi ne se sentent pas suffisamment aidés. Tous ne sont pas recensés par Pôle Emploi.

 

MSM : Les candidats sont cependant répartis en cinq catégories, de A à E. Quelles sont les catégories non proposées ?

 

P.P. : Je pense à ceux qui sont en stage, aux handicapés, à ceux qui n’ont jamais été inscrits. Je pense également à ceux qui ont un emploi, mais, pour différentes raisons, désirent en changer. Ce type de demande d’emploi n’est pas systématiquement porté à la connaissance des entreprises.

 

MSM : Vous avez récemment envoyé un courrier à l’Elysée pour présenter une proposition susceptible d’améliorer l’efficacité de Pôle Emploi. Laquelle ?

 

P.P. : Je préconise d’organiser un dialogue direct entre ceux qui cherchent un emploi et les entreprises. Je suggère donc que chaque agence Pôle Emploi se dote d’un site d’échanges d’informations auquel auraient librement accès demandeurs d’emploi et recruteurs. Tout type d’information pourrait être mis en ligne : descriptif détaillé de poste, CV, photo, vidéo… Les entreprises pourraient consulter ces documents et contacter directement les postulants, en leur demandant éventuellement des informations complémentaires. Le rôle de Pôle Emploi serait de vérifier que tout se passe correctement et d’aider ceux qui n’y arrivent pas.

 

MSM : Dans votre courrier, vous indiquez que ce système aurait de multiples avantages.

 

P.P. : Effectivement : le principal est que l’on aurait moins d’offres d’emploi non satisfaites, un comble dans un pays ou cinq millions de personnes sont en recherche d’emploi. De plus, si on favorise les échanges locaux directs, on a plus de chances que des personnes trouvent un emploi près de chez eux. Le principal avantage, c’est la réduction des déplacements domicile-travail, ce qui va dans le sens du développement durable. Autre avantage : moins de problèmes de garde d’enfant. D’une manière générale, la qualité de vie de l’employé serait meilleure, ce qui rejaillirait sur son activité professionnelle. Enfin, l’image de Pôle Emploi serait revalorisée.

 

MSM : Quelle a été la réponse de l’Elysée ?

 

P.P. : Je n’ai reçu aucune réponse directe de François Hollande, mais un courrier du secrétariat de l’Elysée m’informant que le président de la République avait pris bonne note de mes suggestions et les trouvaient intéressantes… En somme, une fin de non recevoir polie. Je n’avais d’ailleurs guère obtenu plus avec son prédécesseur, Nicolas Sarkozy. J’avais cependant été reçu deux ou trois fois à l’Elysée, notamment avec le directeur régional de l’ANPE. Mais il n’avait pas du tout apprécié l’idée, affirmant que l’Agence nationale pour l’emploi organisait déjà ce dialogue direct, ce qui était largement faux.

 

MSM : Avez-vous présenté votre projet à l’ANPE de Lagny-sur-Marne ?

 

P.P. : Oui, et j’ai reçu un bon accueil de Mme Catherine Manhiabal, qui en est la directrice. Elle accepterait volontiers de tenter l’expérience. Malheureusement, elle n’a pas encore pu le faire en raison du carcan des règles administratives.

 

MSM : Comment voyez-vous évoluer le fonctionnement du marché de l’emploi en France ?

 

P.P. : Dans notre pays, il est souvent difficile de faire accepter le changement. Mais je garde un espoir. Celui qu’un décideur politique – président de la République, Premier ministre ou ministre – décide de tenter une expérimentation, au moins au niveau local, pour juger ensuite des résultats obtenus.

 

Propos recueillis par Claude Thimonier






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer