AccueilActualitéIncendie de l'église Saint-Louis: un marginal en garde à vue

Incendie de l'église Saint-Louis: un marginal en garde à vue

Mardi dernier, un « marginal » était placé en garde à vue à Fontainebleau dans l'affaire de l'incendie de l'église Saint-Louis. Dimanche matin, la gardienne de la paroisse découvrait avec effroi, des volutes épaisses de fumée émanant de la chapelle. Si la structure du bâtiment est intacte, les dégâts à l'intérieur sont très importants.
Incendie de l'église Saint-Louis: un marginal en garde à vue
fr.aleteia.org (Facebook)

Actualité Publié le ,

Dans la nuit de dimanche, l’autel et plusieurs statues, dont une vierge en bois du XIVe siècle, ont été réduits en cendres. Le marginal en question a été interpellé par les policiers et placé en garde à vue. Agé de 49 ans, il était en conflit avec le père Antonini et plusieurs paroissiens. Depuis dimanche, il avait plus ou moins disparu de la circulation. « Lorsqu’il prenait des drogues et de l’alcool, il était incontrôlable », confie le père Antonini.

Un homme aux antécédents psychiatriques lourds, dont la violence verbale à l’encontre des fidèles était connue. Le 19 décembre dernier le père Antonini avait porté plainte contre l’individu.

« Je suis blessé, mais loin d’être effondré », confie le père Antonini, « depuis trois jours je reçois énormément de témoignages de soutien. Les élèves d’un lycée technique se sont même portés volontaires pour aider aux travaux de réparation. » Le père José Antonini confie aussi trouver le réconfort « dans la prière ».

Nicolas Sarkozy sera présent à la messe du 24 janvier

D’ailleurs la première préoccupation du père, c’est la réouverture de l’église aux fidèles. « La messe de réparation aura lieu le 24 janvier. Un certain nombre de personnalités sont attendues, notamment le président du parti Les Républicains Nicolas Sarkozy. » Lundi soir, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur s’est rendu en l’église pour constater les dégâts et assurer que tout serait fait pour assurer la protection des lieux de culte.

« J’ai été effondré par ce spectacle » déclare encore au Figaro Frédéric Valletoux, le maire de Fontainebleau. Un incendie qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. La dernière fois qu’un lieu de culte avait été incendié, c’était en 1942. Il s’agissait de la synagogue de Fontainebleau.

Un temps évoqué, la piste terroriste ne semble pas tenir la route. Aucunes revendications ni inscriptions n’ont été relevées sur les lieux d’après le curé. « Il faut respecter la présomption d’innocence, mais je pense qu’il s’agit bien des actes d’un déséquilibré » assure le père Antonini.

Faits troublants, le même jour c’est une église de Veneux-les-sablons qui est partie en fumée. Mais dans ce cas-là, l’origine du feu serait accidentelle. Accidentelle aussi, la chute de la croix de Guise en forêt de Fontainebleau, un gros coup de vent en serait à l’origine. « Je comprends que l’accumulation des faits apporte de l’eau au moulin de la thèse d'actes terroristes mais il n’en est rien, les autres événements sont des accidents, et l’incendie de notre église a été causé par un déséquilibré. Il ne faut pas faire d’amalgame», déclare le père Antonini.

Les néo porte-paroles des LR n’ont pas tardé à dégainer. Brigitte Kuster a dénoncé l’absence de membre du gouvernement à Fontainebleau. Or, Bernard Cazeneuve s’y est rendu lundi soir, dénonçant « un acte abject ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 05 novembre 2022

Journal du05 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?