AccueilInfos régionImmobilier ancien: le marché continue à corriger ses excès

Immobilier ancien: le marché continue à corriger ses excès

Selon le réseau Guy Hoquet, les prix dans l'immobilier ancien ont tendance à s'effriter, tandis que les acquéreurs retrouvent un peu de marge de manœuvre.
Immobilier ancien: le marché continue à corriger ses excès

TerritoiresInfos région Publié le ,

De janvier à mars, ce réseau de 480 agences immobilières, propriété de Nexity, a constaté une baisse des prix de 1,4 %% sur un an en Ile-de-France hors Paris (à 3 512 euros le m2) et de 1,6 %% à Paris (à 7 739 euros le m2), dans un volume de transactions en léger repli (-3 %%). Plus présent dans les arrondissements populaires que dans les quartiers cossus de la capitale, le réseau aboutit ainsi à des prix moyens inférieurs d'environ 5 %% aux prix réels. Et à l'échelle de la France, le recul des prix a été de 1,8 %%, à 2 607 euros le m2, au premier trimestre sur un an. Les délais de transactions s'allongent : 84 jours au premier trimestre 2014 (contre 80 jours au premier trimestre 2013) et 52 jours à Paris (contre 46) tandis que les stocks de biens à vendre restent stables, aux alentours de 35 350 en mars, comme en 2013. Les primo-accédants à la propriété ne représentent plus que 31 %% du marché au premier trimestre (40 %% en 2011), tandis que les secondo-accédants, aux moyens financiers supérieurs, réalisent près des deux tiers des transactions. Grâce à des taux d'intérêt toujours à des niveaux historiquement bas - et dans l'hypothèse où ils ne remonteraient pas -, le marché immobilier de l'ancien devrait rester relativement stable en 2014, tant en termes de volumes que de prix, estime Guy Hoquet.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?