AccueilActualitéSociétéhôpital de Meaux : Décès de Yolande Gabriel en 2020, une instruction ouverte

hôpital de Meaux : Décès de Yolande Gabriel en 2020, une instruction ouverte

Souffrant d’une myocardie et morte à son domicile, cette retraitée avait été renvoyée chez elle par l’hôpital de Meaux. Sa famille accuse le Samu de négligences.
hôpital de Meaux : Décès de Yolande Gabriel en 2020, une instruction ouverte
© Adobe Stock

ActualitéSociété Publié le ,

Une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer les circonstances de la mort de Yolande Gabriel, 65 ans, une retraitée décédée à son domicile de Reuil-en-Brie le 21 août 2020. Son décès est survenu quelques heures après qu’elle ait été renvoyée chez elle par le service des urgences de l’hôpital de Meaux. Un juge d'instruction a été nommé le 10 juin après les accusations de la famille de l’ancienne aide-soignante portées contre le Samu, coupable, selon elle, de négligences.

Alors qu’une myocardite (inflammation du muscle cardiaque) lui avait été diagnostiquée, son état n’avait pas été jugé suffisamment grave par le service des urgences de l’hôpital de Meaux qui l’avait renvoyée chez elle dans la nuit du 20 au 21 août 2020. Mais vers 7 h 30, Yolande Gabriel a appelé le Samu en raison de douleurs thoraciques et d’une gêne respiratoire. L’échange téléphonique, dont les enregistrements audios ont été révélés par le journal en ligne Mediapart et consultés par l’AFP, a été compliqué avec le médecin régulateur. Malgré l’envoi d’une ambulance, la retraitée a été victime d’un malaise et est finalement décédée, malgré l’intervention des secours.

Selon la famille de Yolande Gabriel, la décision de la renvoyer à son domicile dans la nuit demeure incompréhensible et une intervention plus rapide à son domicile aurait permis d'éviter son décès. C’est pour cette raison qu’elle a déposé plainte pour “homicide involontaire“ et “omission de porter secours“ en octobre 2021.

Contacté par Mediapart le 31 mai dernier, le Samu de Seine-et-Marne campe sur ses positions par la voix de son directeur François Dolveck : « La prise en charge téléphonique a permis un interrogatoire minutieux et prolongé. Malgré quelques signes exprimés d'exaspération injustifiée du médecin, qu'il regrette, la continuité de la prise en charge n'en a pas été affectée. Les ''process'' de décisions et la prise en charge de madame Yolande Gabriel semblent cohérents et présentent une vraie continuité ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 04 février 2023

Journal du04 février 2023

Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?