Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

H Center, l'avant-garde des centres d'affaires

le - - Économie

H Center, l'avant-garde des centres d'affaires
© MSM - Laurent Lahaulle et Raphaël Gratio

Tout au long de son parcours professionnel, Laurent Lahaulle, ancien directeur administratif et financier, a cultivé une sensibilité “petite entreprise”.

En janvier 2014, Laurent Lahaulle reprend une entreprise de domiciliation, qu'il transformera en un centre d'affaires de quelque 300 m2, le Déclic Center, dans le quartier de la gare de Melun, non loin de la cité administrative. Il se rapproche alors de Raphaël Gratio, depuis sept ans à la tête d'une entreprise de bâtiment, E.Q.S Habitat dans le domaine de la construction et de la rénovation, qu'il a récemment transformé en société. Ensemble, ils opèrent en février 2018 l'acquisition du H Center, un centre d'affaires de nouvelle génération auquel ils redonnent des couleurs, implanté à La Rochette, près de Melun, en développant l'accompagnement des entreprises et en multipliant les événements.

Au quotidien, ils se partagent les tâches et unissent leurs compétences de business développeurs. Raphaël Gratio a la charge de l'infrastructure et du commercial. De son côté, Laurent Lahaulle s'occupe de la gestion, du marketing et du management.

« Le H Center est un centre d'affaires multi-services très orienté accompagnement des entrepreneurs. »

Laurent Lahaulle

Vous avez décidé de lancer un nouveau type de centre d'affaires ?

Laurent Lahaulle : En 2017, nous avons appris que le H Center, créé en 2010, était à reprendre. Le 1e février dernier, au terme de longues négociations, nous sommes ainsi devenus propriétaires du fonds de commerce de ce centre d'affaires, à travers une nouvelle entité, la SAS H-Center. Nous reprenons par la même occasion le matériel et les clients, en apportant notre savoir-faire et un business model déjà pleinement éprouvé au Déclic Center.

Quels sont les atouts de ce centre d'affaires implanté à La Rochette ?

Laurent Lahaulle : le H Center est un centre d'affaires de standing où les entreprises viennent à la fois pour l'image, les prestations et les services. En termes d'occupation, nous proposons des engagements de location pour des bureaux permanents ou temporaires, à la journée, voire même à la demi-journée. Nous avons également une option “coworking” a laquelle nous croyons de plus en plus.

Chaque bureau est associé à une série de prestations mutualisées. L'entrepreneur arrive sur le site, pose son ordinateur et peut commencer à travailler. Le mobilier est inclus, l'informatique et la téléphonie sont en place. Ce locataire dispose également d'un accueil personnalisé et d'un centre de reprographie Le centre a de surcroît l'avantage de faire bénéficier les entreprises des flux performants d'un réseau fibré ; flux dont la puissance va être multipliée par 10, voire par 100. Par ailleurs, l'intégralité des locaux est de plain-pied, donc parfaitement accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR). Ajoutons à cet inventaire 150 places de parking, extérieures et intérieures, et climatisation totale.

Pour fixer les idées, le coût d'un bureau à la demi-journée est de 45 euros HT. Nous proposons par ailleurs un poste de travail en coworking à 39 euros HT par mois, pour une présence permanente si besoin, ce qui constitue pour nous un réel booster commercial.

Tous les visiteurs qui arrivent sur le site sont dirigés vers une salle d'attente par notre service d'accueil, ce qui représente un véritable confort pour les entreprises locataires. Naturellement, le H Center est accessible sept jours sur sept, 24 heures sur 24. L'accueil est, en revanche, disponible du lundi au vendredi de 8 h 30 à 18 h 30.

Quel type d'entreprises est susceptible de s'implanter au H Center ?

Laurent Lahaulle : Par rapport au Déclic Center dont les clients sont essentiellement de petites structures qui se lancent, avec des bureaux de 11 ou 12 m2, nous accueillons au H Center des entreprises plus importantes, qui ont déjà une structure suffisante et qui cherchent à se développer. Nous leur proposons des surfaces d'une dizaine à plusieurs centaines de mètres carrés.

Nous avons actuellement sur le site des entreprises comme RurBan Coop – coopérative d'activité et d'emploi en milieu urbain, N.D.L.R. – et Initiative Melun Val de Seine & Sud Seine et Marne (IMVS 77, N.D.L.R.) – réseau associatif de financement des créateurs d'entreprise.

Le Greta, un organisme de formation pour adultes qui bénéficie d'une forte implantation nationale, vient nous rejoindre pour créer une antenne supplémentaire. La SNCF arrive également pour les sept mois qui viennent, avec une équipe projet de 15 ingénieurs, en mode chantier TGV.

Nous avons ainsi une vingtaine d'entreprises locataires. Dans un mois, avec l'arrivée de la SNCF et des 15 collaborateurs du Greta, nous allons être une soixantaine sur le site, sans compter les visiteurs. Le Greta, par exemple, accueillera 50 à 60 stagiaires par jour. Avec l'arrivée de ces gros acteurs, le potentiel des bureaux temporaires diminue. Nous travaillons donc sur des projets d'agrandissement.

« Nous demandons aux Pouvoirs publics de nous aider à ramener les entrepreneurs sur notre territoire. »

Raphaël Gratio

L'accompagnement des entreprises fait partie de votre concept de centre d'affaires ?

Laurent Lahaulle : L'accompagnement est vraiment un axe essentiel de notre développement, comme l'est la totale flexibilité de nos options de location. C'est notre ligne directrice. Nous avons vocation à être présents auprès des entrepreneurs locataires au quotidien, en répondant au mieux et au plus vite à l'ensemble de leurs besoins. Dans cet esprit, nous soutenons également la création d'entreprise avec le lancement d'un pôle prenant en charge les formalités juridiques.

Nous menons parallèlement des actions bénévoles. Raphaël et moi sommes ainsi parrains à la Mission emploi-insertion – Melun Val de Seine. Nous aidons des jeunes en recherche d'emploi. Deux fois par mois, en ateliers individuels et collectifs, nous les préparons à affronter les entretiens d'embauche.

Au sein de la même structure, nous conseillons tout aussi bénévolement des créateurs d'entreprise sur le choix de la structure, sur le financement du projet…

Au-delà du H Center, mon association avec Raphaël Gratio suit cette logique. Notre conception commune d'un centre d'affaires en phase avec son temps associe aujourd'hui infrastructures et événements. Notre plan stratégique met surtout l'accent sur le nouveau modèle de coworking et sur l'événementiel.

Ce coworking semble en plein essor ?

Laurent Lahaulle : Nous venons de créer un espace dédié de plus de 150 m2 et bientôt arrivera une cafétéria associée. Trente à 40 postes de coworking sont ainsi proposés en open space paysager. C'est l'un des fers de lance de notre stratégie commerciale. Le besoin de coworking grandit sur le territoire. La cafétéria, quant à elle, vient concrétiser une demande de nos clients actuels et des entreprises aux alentours. L'offre de restauration sur place est actuellement insuffisante. Nous allons pallier ce manque.

L'événementiel est-il l'autre corde à votre arc commercial ?

Laurent Lahaulle : Oui, l'événementiel représente une part importante de notre stratégie. Il est aujourd'hui insuffisamment développé, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Raphaël Gratio et moi travaillons pour l'instant avec une plateforme très efficace, “1 001 salles”, qui relaie beaucoup de demandes. Nous devons néanmoins intensifier notre communication en ligne en travaillant notre référencement naturel.

Notre offre est diverse et variée, de l'anniversaire au mariage, du colloque au salon, des sessions de recrutement à celles de formation. Raphaël Gratio s'emploie activement à augmenter le taux d'occupation. C'est vraiment le levier de développement économique du complexe.

Tous ces événements bénéficient d'une modularité importante, de 18 à 600 m2. Nous pouvons ainsi accueillir jusqu'à 500 personnes assises. Par ailleurs, deux offices sont à la disposition des traiteurs, pour préparer les buffets et les repas, avec de nombreux plans de travail. Il est aussi possible de réchauffer les plats et de remplir les frigos de boissons.

Comment un entrepreneur ou un particulier prend-il contact avec vous pour louer un bureau ou organiser un événement ?

Laurent Lahaulle : Les locataires nous identifient sur internet, à travers une communication ciblée, les réseaux sociaux, les sites des partenaires prescripteurs – banquiers, agents immobiliers, assureurs, prestataires de services et, naturellement, grâce au bouche-à-oreille, l'un des vecteurs de recrutement les plus efficaces localement.

Vous préparez actuellement un événement majeur ?

Laurent Lahaulle : Nous organisons en effet notre “Happy Business Day”. Il est programmé le 31 mai prochain, au H Center, de 9 h 30 à 18 h Ce n'est ni un salon classique ni un “Time to win”, mais une journée collaborative BtoB, conçue autour de l'accompagnement des entreprises, quel que soit leur stade de développement. Nous allons en fait reproduire le cycle de vie de l'entreprise, de la naissance d'une idée à la disparition ou à la transmission de la structure. Ce parcours sera jalonné par l'expertise des professionnels concernés, experts-comptables, juristes, notaires, banquiers, assureurs, communicants, publicitaires…

Nous voulons que les entrepreneurs visiteurs repartent avec des conseils, bien entendu, mais aussi avec du concret ; par exemple des statuts pour les créateurs d'entreprise. Nous voulons aider les entrepreneurs à trouver les bonnes solutions à leurs problèmes.

Cet ”Happy Business“ Day sera ponctué par une plénière d'ouverture, deux ou trois ateliers, et les stands des 50 à 60 exposants. Nous allons, par ailleurs, proposer une série d'animations ludiques et des points de restauration pour mettre un peu de fun dans tout cela.

Pour cet événement, nous avons fait le choix d'un prix de stand très bas, à 100 euros HT.

Cette première édition devrait également accueillir la CCI, CMA, MEI – MVS, Rurban Coop et la plupart des acteurs institutionnels.

Pour relayer cette initiative privée, nous allons solliciter la communauté d'agglomération, la commune de La Rochette et les élus du département qui vont nous aider à porter l'événement.

Avez-vous d'autres projets pour les mois et les années qui viennent ?

Laurent Lahaulle : Une mairie du territoire vient de nous solliciter pour créer son premier centre d'affaires, avec une connotation très sociale. Nous allons en être les exploitants. Nous en sommes ravis, car c'est pour nous la preuve qu'ils apprécient notre approche et notre gestion de ce type de structure. Cette commune a un vrai projet économique et ce centre en sera en quelque sorte la première pierre. Son ouverture est prévue en fin d'année.

Ce qui séduit cette municipalité, c'est que nous assurons beaucoup de parrainages et d'actions bénévoles. Je suis notamment intervenu lors d'un salon de la création d'entreprise à Melun en 2017. C'est d'ailleurs là que le maire et l'adjoint au maire nous ont découvert et ont apprécié notre discours et notre action.

« Nous voulons endiguer la fuite des entrepreneurs locaux »

La volonté première de Laurent Lahaulle et Raphaël Gratio est de permettre aux entrepreneurs locaux de demeurer sur le territoire en trouvant des réponsesfiables à leurs besoins en termes de conseils et de services :

« Nous voulons éviter la fuite des entrepreneurs du territoire, notamment vers Sénart et sa forte attractivité. Nous souhaitons ainsi créer une communauté d'entrepreneurs sur Melun et ses environs. Nous allons tout faire pour les accompagner, les fidéliser, leur proposer de nouvelles ressources. Pour favoriser les rencontres professionnelles, nous préparons, notamment, une série de petits déjeuners afin d'aider ces entrepreneurs locaux à mieux se connaître en les inciter à travailler ensemble. Plus nous serons nombreux et forts sur ce territoire, moins les entrepreneurs seront tentés à s'implanter ailleurs. »

Propos recueillis par Jean-Paul Viart et Quentin Clauzon




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer