Gens du voyage : un GIP pour coordonner l'action des collectivités

le - - Territoires - Collectivité

Gens du voyage : un GIP pour coordonner l'action  des collectivités
© DR

Le 57e Congrès des maires a été l'occasion de signer la charte destinée à mieux articuler les compétences des collectivités, pour lutter contre la cabanisation sauvage.

« Il y a des trous énormes dans la raquette de l'action publique en matière de dialogue et de prise en charge des problématiques des gens du voyage ». Impulsée par l'Union des maires et signée par l'Etat, la Caisse d'allocation familiale et le Conseil départemental, la convention constitutive du GIP “Accueil des gens du voyage”, doit permettre, selon Guy Geoffroy, président de l'Union des maires, de « mieux aborder et de mieux traiter ensemble tous les sujets relatifs aux gens du voyage ». L'objectif est d'abord de donner la possibilité à l'État de prévenir avec plus d'aisance les troubles à l'ordre public que constituent les installations illégales. Aussi, la préfète Béatrice Abollivier a invité l'ensemble des EPCI à y adhérer, qu'ils soient ou non en conformité avec le schéma départemental d'accueil des gens du voyage, qui conditionne les possibilité d'action du préfet.

Guy Geoffroy souligne également que le GIP aura pour mission de « traiter la cabanisation, qui est la forme de sédentarisation la plus difficile à traiter parce que la plupart du temps illégale ».
Et le maire de Combs-la-Ville d'ajouter : « les gens du voyages se déplacent toujours mais leurs modes de déplacement évoluent. Toutes ces problématiques de proche en proche se touchent et nous avons acquis la certitude qu'aucun des acteurs n'était en mesure de bien assurer ses responsabilités ». Le président de l'UM77 précise toutefois qu'il ne s'agit pas « de faire à la place de chacun des acteurs » mais « d'aider à l'articulation des compétences entre l'État, les intercommunalités et tous ceux qui ont à travailler sur le sujet ». Ce qui permettra de « mener une réflexion et des échanges très en amont des grands déplacements de la période estivale, soit dès la fin de l'année civile, avec la représentation des gens du voyage ». Pour rappel, quelque 111 implantations et 3 361 caravanes ont été relevées cette année.

Par la suite et pour « faciliter le succès du GIP », l'Etat dotera l'ensemble des maires de Seine-et-Marne d'un guide à mettre en œuvre « pour lutter contre toute forme de cabanisation sauvage ».

Les élus boucs émissaires : « ça suffit », pour Guy Geoffroy

Reflet des préoccupations actuelles des maires, « situés en première ligne », les tables rondes dédiées à l'autonomie financière, à la sécurisation des données numériques et la transition énergétique ont permis de réunir chacune près de 200 élus.

Des élus « inquiets, mécontents voire en colère », selon Guy Geoffroy, qui explique que ces derniers ont de moins en moins la capacité de détenir les leviers leur permettant d'avoir des ressources propres.

« On entend trop souvent que les élus sont dispendieux, trop nombreux et coûtent cher à la nation », déplore le président de l'UM 77, qui rappelle la perte d'un tiers de dotations depuis trois ans. « Nous voulons une reconnaissance incontournable et définitive du rôle des communes dans l'action publique au quotidien, au côté de nos citoyens », poursuit l'élu en référence à l'Etat, soulignant toutefois que la préfète Béatrice Abollivier a été « à tous les instants un partenaire engagé, respectueux et extrêmement positif au côté des élus » pour faire aboutir le GIP « Accueil des gens du voyage ».




Emilie BOUSQUET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide