AccueilInfos région« Fais ta loi » rapproche citoyens et députés

« Fais ta loi » rapproche citoyens et députés

Situé à Dammarie-les-Lys, ce collectif transpartisan se donne pour objectif de démystifier le travail parlementaire.
« Fais ta loi » rapproche citoyens et députés

TerritoiresInfos région Publié le ,

« Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser jusqu'à ce qu'il en trouve les limites », indiquait en substance Montesquieu dans L'Esprit des lois. Si le collectif Sud seine-et-marnais « Fais ta loi » ne poursuit pas directement cet objectif, il vise, quoi qu'il en soit, à sensibiliser au travail du député et à faciliter l'accès au débat démocratique. Mais aussi à « suivre, contrôler son action et à rester vigilant », indique Claire de Chessé, coordinatrice du collectif.

De fait, « Fais ta loi » met progressivement en place des Conseils citoyens de circonscription (Cocirco) dans les cinq circonscriptions du Sud Seine-et-Marne. Ces Cocirco regroupent des citoyens bénévoles âgés d'au moins 13 ans, habitant dans la circonscription et ayant signé la charte d'engagement du collectif. Ces derniers se retrouvent ensuite sur le site web participatif faistaloi.org pour mener à bien leurs actions et procéder à une veille.

Les aspects du travail parlementaire étant larges, chaque bénévole pourra se spécialiser et travailler sur un thème particulier. Il s'agira, par exemple, de veiller au respect de certains aspects déontologiques par le député.

Le collectif se donne également une mission d'éducation populaire. « Nous souhaitons sensibiliser ces publics au travail législatif. Si nous voulons favoriser l'engagement citoyen des jeunes, sans leur proposer d'action concrète, cette volonté restera lettre morte ».

Une mission d'éducation populaire

Le collectif est donc à la recherche de partenaires dans l'éducation nationale, les associations de quartier et les centres sociaux. « Nous allons leur proposer un cadre, en plus des bénévoles des Cocircos, pour leur expliquer ce qu'est un député et les former au travail parlementaire », indique Claire de Chessé. Ainsi, les jeunes de chaque circonscription pourront solliciter leur député ou un de leurs assistants parlementaires, devenu référent auprès du Cocirco concerné. « L'idée est de faire en sorte que les citoyens ne soient plus en position d'infériorité face à leur député. Nous voulons simplifier ce travail législatif et le rendre accessible. »

Ces ateliers permettront également aux jeunes et aux bénévoles de se rendre directement à l'Assemblée nationale. « Mais pour cela, il faut l'accord du député », précise Dominique Laurette (photo), référent du Cocirco de Nemours.

Le collectif avait déjà sollicité les candidats durant les élections législatives, leur demandant de répondre à un questionnaire, afin de savoir s'ils souhaitaient prendre tel ou tel engagement pour rendre compte de leur action. « Aucun député élu n'a répondu », rappelle Claire de Chessé, précisant cependant qu'Yves Jégo n'a pas été prévenu. Ce travail reprendra prochainement, dès que les Cocircos seront en place.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?