AccueilGrand témoinÉric Jeunemaître : « La reprise du tourisme sera progressive »

Éric Jeunemaître : « La reprise du tourisme sera progressive »

Conseiller régional et maire adjoint de Provins, Eric Jeunemaître est également président du Comité régional du tourisme Paris-Île-de-France depuis 2018.
Éric Jeunemaître : « La reprise du tourisme sera progressive »

ActualitéGrand témoin Publié le ,

Comment avez-vous vécu ce premier mandat marqué par la crise sanitaire ?

L'année 2019 avait été un excellent cru, mais à partir de 2020, nous avons dû gérer cette crise avec une situation devenue rapidement catastrophique. On a eu 33 millions de touristes en moins et 16 milliards d'euros de manque à gagner. Avec mon équipe qui a réalisé un gros travail, il a fallu serrer les boulons. Aujourd'hui, je souhaite qu'on passe à autre chose, afin de redonner des couleurs à notre tourisme. C'est pour cette raison que j'ai décidé continuer, en accord de Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France.

Quel bilan pouvez-vous déjà tirer de cette saison touristique ?

Avec 5, 2 millions de touristes, le premier semestre n'a pas été terrible. On a enregistré une baisse de la fréquentation de 39 % par rapport à l'année dernière et de 78 % par rapport à 2019. Mais ces résultats reflètent une tendance mondiale. Le trafic aérien et l'hôtellerie ont ainsi baissé de 46 %. Durant cette période, le couvre-feu et les fermetures ont aussi lourdement pesé. Maintenant, les tendances sont plutôt bonnes, même si cette reprise n'est pas colossale et qu'elle reste fragile. On va dire que cela va moins mal. On verra ce que cela donne au cours des trois derniers mois de l'année. La reprise va avoir lieu, je n'ai aucun doute là-dessus, mais elle sera progressive.

Le tourisme francilien a-t-il été confronté à un véritable tsunami comme on le redoutait ?

Oui, cela a été très violent et on a vu l'importance de l'activité touristique en Île-de-France. Heureusement qu'il y a eu les accompagnements de l'Etat qui ont amorti le choc. Aujourd'hui, il faut repartir du bon pied pour être vraiment opérationnel à partir de mars 2022, même si cela va prendre un peu de temps.

Comment s'en est sortie la Seine-et-Marne avec sa locomotive Disneyland Paris ?

Même si Disneyland a été fermé très longtemps (du 30 octobre 2020 au 17 juin 2021) et qu'elle n'a pas été épargnée non plus, la Seine-et-Marne a échappé au tsunami que Paris a connu. C'est très bien reparti. L'agence Seine-et-Marne Attractivité a joué un rôle important et avec l'arrivée de Jean-François Parigi - nouveau président du Conseil départemental -
il y a eu une forme de continuité. Dans ce département, il existe un tourisme de proximité, avec des valeurs sûres, comme Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte, Provins et des pôles touristiques exceptionnels. La Seine-et-Marne représente 50 % du territoire de l'Île-de-France. Son potentiel est donc important et les Parisiens ne s'y sont pas trompés. En fait, cette pandémie a mis en évidence le caractère exceptionnel de ce département et, de façon plus générale, on a redécouvert la région Île-de-France.

Quels sont les touristes qui sont revenus ?

Essentiellement des Européens comme les Espagnols, les Belges, les Italiens et les Allemands. Si les Américains ont été quand même presque quatre fois plus nombreux qu'en 2020, ils ne sont pas revenus en masse. En revanche, les Britanniques ont été absents en raison du Brexit, tout comme les Chinois qui ont dû respecter les directives très fortes de leur Gouvernement. Quant aux Japonais, ils sont encore dans la pandémie, mais je ne me fais pas de soucis avec eux, car ils aiment la France.

Les réservations hôtelières ont-elles été encourageantes ?

Oui, la progression a été importante. Les réservations pour les mois de septembre et d'octobre ont été deux fois plus élevées que l'an dernier. Mais il n'y a pas de cocorico à faire, car c'est encore trop tôt et il y a des paramètres qu'on ne maîtrise pas. En juin, la fréquentation n'a représenté que 30 % de celle de 2019. On peut dire qu'il y a eu un frémissement notamment avec l'augmentation du trafic aérien qui est un bon signe.

Le rôle du tourisme d'affaires va-t-il être primordial ?

Oui, cela va être important. 213 salons sont programmés d'ici la fin de l'année, ce sont 33 de plus qu'en 2019. Ce chiffre s'explique surtout par tous les reports enregistrés en 2020.


© Adobe Stock. Les Médiévales de Provins

Quel a été l'impact de l'extension du pass sanitaire ?

Ce pass a globalement fonctionné, même s'il a pu être parfois considéré comme un frein, notamment par les restaurateurs. C'était la moins mauvaise des solutions. Aujourd'hui, le temps est venu de se retrousser les manches pour retrouver une activité digne du rang de la France.

Désormais, le principal objectif, ce sont les Jeux olympiques et paralympique de 2024…

Oui, c'est notre point de référence. Il nous reste moins de trois ans pour nous y préparer et notre comité va être très impliqué. Ce sera le feu d'artifice de notre région et c'est la raison principale pour laquelle Valérie Pécresse a souhaité que je poursuive ma mission. Il faudra que tout soit réglé d'ici la fin de l'année 2022. On a dû attendre la fin des élections régionales pour avoir une véritable visibilité. Maintenant, on peut y aller et travailler en toute confiance.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?