AccueilActualitéDix mois ferme pour le "tireur" qui a semé la panique sur la Nationale 4

Justice Dix mois ferme pour le "tireur" qui a semé la panique sur la Nationale 4

Le tribunal correctionnel de Melun a prononcé cette peine à l’encontre d’un chauffeur routier qui a semé la psychose sur cet axe routier.
Dix mois ferme pour le "tireur" qui a semé la panique sur la Nationale 4
© Adobe Stock

Actualité Publié le , (Avec AFP)

Fin octobre, les pare-brises de plusieurs poids lourds circulant entre Nancy et Paris sont la cible de projectiles inconnus alors qu'ils roulent de nuit sur la Nationale 4. Constatant la taille impressionnante des impacts, leurs chauffeurs songent aussitôt à des tirs d'arme à feu. La rumeur d'un tireur se répand alors dans le milieu. La géolocalisation et les relevés téléphoniques vont mener les enquêteurs jusqu'à un homme de 54 ans, lui-même chauffeur routier travaillant sur la N4. Il est interpellé à son domicile en Meurthe-et-Moselle, mais son arsenal se révèle surprenant. En guise de "balles" sont découvertes... des billes de grosse taille (calots). « Quand le GIGN m'a arrêté, ils pensaient que j'avais des armes, ce ne sont pas des billes qu'ils cherchaient », confirme, devant le tribunal, le prévenu, licencié pour faute grave suite à cette affaire.

« En colère » contre les incivilités sur la route, le routier lançait des billes de verre sur des véhicules croisés de nuit sur la N4 et dont la conduite lui déplaisait. La frayeur ainsi causée était censée les inciter à respecter le code de la route.

Après avoir commencé par punir les véhicules récalcitrants en leur jetant des restes de nourriture, le camionneur était passé à la vitesse supérieure, au début de l'été, en achetant un sac de billes au supermarché. Il en gardait toujours deux, trois à disposition. Mais les billes ne suffisant pas, l'homme envisageait ensuite d'acheter un pistolet de paint-ball. « Il y a une espèce d'emballement, de crescendo pour arriver à l'accident mortel », constate la présidente.

Le tribunal l'a condamné à 24 mois de prison, dont 14 assortis de sursis

probatoire, et ordonné que la peine ferme soit aménagée en assignation à domicile avec bracelet électronique. Il a également interdiction d'exercer pendant cinq ans en tant que chauffeur de poids lourd.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 08 janvier 2022

Journal du08 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 25 décembre 2021

Journal du25 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?