Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Delphine Mairiaux : « Après avoir évité le tri humain, il faut éviter le tri économique »

le - - Économie - Vie des entreprises

Delphine Mairiaux :  « Après avoir évité le tri humain,  il faut éviter le tri économique »
© DR

La restauratrice était présente aux Invalides la semaine dernière aux côtés de hôteliers-restaurateurs en lutte. Les difficultés provoquées par la crise sanitaires s'accumulent et, malgré les efforts fournis par la profession, des actions concrètes de l'État se font attendre.

Propriétaire de trois restaurants (Le Cercle à Montévrain, Le Gorille à Lagny-sur-Marne, Le Circus à Meaux) réalisant 8 millions d'euros de chiffre d'affaires, Delphine Mairiaux emploie plus de 70 salariés. C'est en tant que vice-présidente du collège restauration de l'Umih Île-de-France et plus précisément co-animatrice de la manifestation que la dirigeante s'est rendue sur l'Esplanade des Invalides. « J'avais dans mon cœur l'autre casquette, celle des Toques de la Rép, un mouvement que j'ai co-fondé il y a peu avec Nadia Ayadi, présidente des Femmes chefs d'entreprise (FCE) de Seine-et-Marne, et Valérie Prieux, présidente de Seine-et-Marne Entreprises (SME), pour que les femmes prennent plus de place dans les instances dirigeantes de la restauration », explique la restauratrice.

Ce « grand rassemblement national et statique » lancé à l'appel de l'Umih — rapidement rejointe par d'autres collectifs, dont le Groupement national des indépendants — a réuni plus de 5 000 personnes. « Tous les manifestants sont restés jusqu'à la dernière minute, malgré le froid et la pluie. Ils avaient besoin d'être ensemble, l'émotion était forte, cela prenait au ventre. C'était un rassemblement de professionnels en détresse, motivés par l'envie de se battre et malgré tout conscients des enjeux sanitaires », témoigne Delphine Mairiaux, qui estime que nous ne devrions pas choisir entre le sanitaire et l'économique. « Le tri humain n'a pas été fait, le tri économique ne doit pas se faire non plus », plaide-t-elle.

« S'il y a bien quelque chose que nous maîtrisons, nous, les professionnels de la restauration et de l'hôtellerie, c'est l'hygiène. Nous avons des outils au quotidien pour effectuer différentes mesures, nous sommes les premiers à demander des contrôles », poursuit Delphine Mairiaux, qui rappelle que les restaurants ont mis en œuvre toutes les mesures demandées auparavant. « Nous avons acheté au prix fort des masques, des gels, des panneaux séparateurs, de produits fongicides », ajoute la vice-présidente de l'Umih IDF, qui précise avoir également investi pour transformer ses établissements en service de vente à emporter.

« Chaque mois nous avançons le chômage partiel pour 40 salariés ; nous réglons nos charges fixes : loyer, leasing, énergie, assurances, congés payés… à ce jour, il faut deux mois d'avance de trésorerie, compte tenu des délais de paiement de l'ASP. Nous allons assister prochainement à une casse économique qui ira de pair avec la casse sociale », previent Delphine Mairiaux.

Pour la co-fondatrice des Toques de la Rép, la solution est simple : soit ces professionnels peuvent travailler, mais il faut effacer une partie de leur dette, soit les établissements sont fermés, mais dans ce cas il sera nécessaire de prendre en charge les 30 % de chiffre d'affaires mensuels correspondants à leurs charges fixes. « Nous ne voulons pas rouvrir avec une balle dans le pied, ce qui nous condamnerait à brève échéance. Si l'État nous laisse fermer, il faut assumer. Ce n'est pas aux professionnels, en bout de chaîne, à prendre des emprunts pour pallier les carences de l'État, de s'endetter lourdement. Nous, les restaurateurs, n'avons pas vocation à descendre dans la rue. Notre rôle, c'est de créer de l'emploi, de la valeur ajoutée, du bonheur et du plaisir », conclut la vice-présidente de l'Umih IDF, qui souligne « qu'il y a dans ces décisions des incohérences révoltantes qui dénotent une incompréhension totale de notre fonctionnement ».




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer