Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Déconfinement : les élus seine-et-marnais se projettent dans l'après

le - - Territoires - Infos région

Déconfinement : les élus seine-et-marnais se projettent dans l'après
Le ministre chargé des Collectivités territoriales s'est notamment entretenu par visio avec les élus du 77.

« Il y aura un “avec Covid” à la rentrée de septembre ». Face à Sébastien Lecornu, ministre des Collectivités territoriales, les élus de Seine-et-Marne se projettent déjà sur l'après-déconfinement et son cortège d'inquiétudes, pour l'organisation scolaire, les finances ou les élections.

Après le début du déconfinement et le retour pour écoliers, l'heure devait d'abord être à un point d'étape dans ce vaste département. En visio-conférence depuis un salon cossu de la préfecture à Melun, Sébastien Lecornu attend les retours des services de l'Etat et des élus. Signe du bon déroulé des opérations, remerciements et hommages se bousculent en direction de l'inspectrice d'académie Valérie Debuchy, alors que cette dernière détaille des "taux d'ouverture et de présence très honorables sur la semaine", autour de 70 % des écoles et 23 % des élèves jeudi dernier. Depuis sa ville de Meaux, où il a été réélu au 1er tour, le 15 mars, avec 76 % des voix, l'ancien ministre Jean-François Copé « regrette » tout de même « que des gens manquent à l'appel, des directeurs d'école, des enseignants ». « Pour moi, c'est un vrai problème. J'espère qu'à Paris on dira bien que tout le monde doit travailler pour les enfants », ajoute-t-il à l'adresse du ministre. Mais d'ores et déjà, les élus sont tournés vers les embûches des prochaines semaines, en envisageant une persistance de l'épidémie.
« On a un problème au niveau des ressources humaines à l'école », s'inquiète ainsi le représentant des maires ruraux François Deysson, visant notamment l'accueil périscolaire. « Or, ce qu'on vit là, ces six semaines (jusqu'à l'été), c'est une répétition pour septembre », insiste-t-il. « Si la scolarité ne pouvait pas reprendre dans la situation habituelle, comment voyez-vous les choses ? », interroge dans la foulée le député Jean-Louis Thieriot.
La sénatrice Anne Chain-Larché embraye : « Il y aura un “avec Covid” au mois de septembre. Cela plaide pour une reconsidération des fermetures de classe ». Le patron du Parti socialiste, Olivier Faure, par ailleurs député de Seine-et-Marne, avance, lui, la nécessité de recréer des « emplois aidés pour accompagner les collectivités ».

« Réussir le déconfinement »

Face à ces craintes, le ministre demande d'abord à « réussir le déconfinement ». « Beaucoup de gens se servent de cette semaine pour le tuilage personnel, y compris pour les profs. On commencera à avoir une vision de la réalité d'ici 10 jours », temporise-t-il. Un peu plus tard, le ministre philosophe sur la volatilité des angoisses : « Le même échange avec des élus il y a 10 jours c'était : “comment on fait le 11 mai ?"
Le sujet des finances agite aussi la salle, dans l'habituel jeu de dupes entre des collectivités qui se disent à sec et un gouvernement qui assure que tout va bien. « Il ne faut pas confondre peur de manquer et manque », glisse ainsi à l'AFP Sébastien Lecornu. « Il y a beaucoup de dépenses qui ne se sont pas faites : trois mois de budget événementiel, de cantines fermées... »
Guy Geoffroy, représentant de l'Union des maires, réclame tout de même à un « geste », entre la chute à venir des recettes fiscales et des dépenses en augmentation. En retour, Sébastien Lecornu confirme que le Gouvernement envisage la création d'un « compte dédié » aux dépenses engendrées par l'épidémie, afin de « ne pas voir le Covid-19 polluer vos budgets pendant des années ».
La députée Valérie Lacroute, tout juste élue maire de Nemours, revient quant à elle sur la tenue du second tour des municipales. Car reste en suspens l'installation des intercommunalités, dont le rôle est crucial dans la commande publique et donc la relance économique. Si le second tour ne pouvait se tenir en juin, « ma recommandation, c'est qu'il faut tout de même installer les intercommunalités », indique Sébastien Lecornu, en imaginant une gouvernance « mixte et temporaire », associant élus de mars 2014 et de mars 2020.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer