Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Coworking : la Seine-et-Marne pionnière

le - - Économie - Vie des entreprises

Coworking :  la Seine-et-Marne pionnière
@DR - e-lab coulommiers

Avec une trentaine de télécentres, la Seine-et-Marne fait office de modèle en matière de tiers-lieux. C'est Seine-et-Marne Attractivité qui, depuis l'origine, porte leur développement sur le territoire via Initiatives Télécentres 77. Etat des lieux.

Aussi désignés sous l'expression générique “espaces de travail partagés et collaboratifs”, les tiers lieux sont, selon la Coopérative, des « aires de travail où la créativité peut naître entre différents acteurs » et où « la flexibilité répond aux difficultés économiques du champ entrepreneurial ». Ils constituent, plus concrètement, une alternative à l'entreprise traditionnelle et au télétravail à domicile.

En Seine-et-Marne, c'est Seine-et-Marne Attractivité via le réseau Initiatives Télécentres (IT 77), qui, depuis 2012, sous l'impulsion du Département, est chargé de faciliter leur développement sur le territoire. « La Seine-et-Marne a fait partie des pionniers en la matière, avec la création d'un des tout premiers réseaux de télécentre en France », explique Patrick Septier, Président de Seine-et-Marne Attractivité. « Le Département a souhaité très tôt proposer aux jeunes entreprises de recourir au télétravail, le territoire du 77 étant vaste », poursuit le Président.

Le Département a fixé trois missions principales à son agence d'attractivité : rendre lisibles les tiers-lieux du territoire, accroitre leur utilisation, et accompagner le développement de nouveaux espaces. Dans ce cadre, le réseau IT 77 favorise les échanges entre les espaces de coworking du département, afin d'en tirer les atouts, les forces et les enjeux ainsi que les difficultés, les faiblesses et les problématiques. « Beaucoup de lieux se sont développés dans les hôtels. L'idée, c'est de bien mailler le territoire, ce qui est plus difficile en milieu rural », témoigne Jérôme Guyard, vice-président de Seine-et-Marne Attractivité. Il s'agit, pour le réseau, de proposer en permanence une offre adaptée aux nouveaux usages de travail, qui évoluent sans cesse.

Le privé tisse sa toile

Si les tiers-lieux étaient, au départ, lancés à l'initiative des intercommunalités, le secteur privé s'est rapidement emparé du phénomène. Le nombre de télécentres actifs en Seine-et-Marne a ainsi triplé, passant de 11 en 2018 à 30 aujourd'hui. 82 % d'entre eux sont gérés par des acteurs privés. Cinq espaces sont par ailleurs en cours de création (Brie Nangissienne, Livry-sur-Seine, Melun, Seine-et-Port, et Provins).

Mais finalement, pourquoi recourir au télétravail ? IT 77 relève quatre avantages principaux pour ceux qui recourent au coworking. Le coût, d'abord, qui peut sembler élevé au premier abord, mais qui comprend en fait l'ensemble des services dont une entreprise a besoin (mobilier, connexion internet, accueil, service de courrier, espace café, etc.). Ces mêmes services vont dépendre du positionnement de l'espace, qui proposera parfois un service premium (cours de sport, offres de bien-être, services de restauration et conciergerie).

Autre avantage recherché, la flexibilité. Louer un espace de coworking n'engage pas à long terme contrairement au bail traditionnel. Les abonnements peuvent être souscrits au jour, à la semaine, au mois, ou à l'année (les prix moyens, selon IT 77, sont respectivement de 25 à 30 euros, de 100 à 150 euros, de 250 à 400 euros). En outre, les engagements et les délais sont plus souples.

Initiatives Télécentres 77 accompagne à ce titre les entreprises dans leur réflexion sur le travail en tiers lieu : plans de localisation, coûts, économies immobilières réalisables, modes de management liés…

Un autre plus du coworking : son aspect communautaire. « Rejoindre un espace de coworking, c'est rejoindre une communauté d'entreprises que l'on croise chaque jour dans les espaces partagés. Autant d'occasions de développer son réseau et créer de belles synergies business sans sortir de son bureau », souligne Patrick Septiers.

L'avantage pour les entreprises

Pour les entreprises, le recours au coworking peut permettre de réduire les coûts immobiliers et d'augmenter la productivité (baisse du temps de transport, atmosphère propice). Le coworking est aussi, selon ce qui est communément admis, facteur de créativité, d'innovation, d'inter-formation, de réseautage et d'esprit d'équipe.

Côté utilisateur, l'espace de coworking présente l'avantage de mettre fin à son isolement, lorsqu'il télétravaille à domicile, mais aussi d'améliorer sa qualité de vie, tout en réduisant ses coûts de déplacement. L'emploi des personnes en situation de handicap est aussi facilité, les lieux étant plutôt bien dotés en la matière.

Du point de vue des collectivités, le tiers-lieu est facteur de dynamisme, tant pour les commerces que les services implantés aux alentours. En zone rurale, le télécentre peut être un lieu de vie multiservice incluant formation à distance, télémédecine, etc.

Les tiers lieux sont, enfin, bénéfiques du point de vue environnemental : trouver un espace de coworking près de chez soi permet de réduire les émissions de C02, tandis que la mutualisation des espaces de travail permet de réduction la dépense énergétique.

Mais pour Jérôme Guyard, il reste encore du travail à effectuer pour changer les mentalités, notamment du côté des décideurs. « Un des plus grands enjeux est désormais de faire en sorte que les entreprises et les administrations françaises sortent du management présentiel, et qu'elles mettent en œuvre le télétravail au sein des tiers-lieux », explique-t-il. Les employeurs devraient inciter davantage les salariés à utiliser le coworking en ayant recours au télétravail. « Pour cela, il s'agit de démontrer les bénéfices du coworking : par la diminution des kilomètres parcourus ; par les économies d'énergie ; par la diminution du nombre de véhicules, du nombre de passagers dans les transports en commun (entretien des routes, accidents, etc.) ; ou encore par un meilleur équilibre travail/vie personnelle ».

Enfin, si certaines cibles sont séduites par les télécentres (indépendants, porteurs de projets, entreprises), les télétravailleurs ne sont pas encore présents en nombre chez eux.

La carte interactive et la liste des tiers-lieux en ligne www.it77.fr permettent de visualiser les télécentres et les espaces de coworking en activité dans le département, mais aussi d'avoir un aperçu des espaces en projet.

Des partenariats

Seine-et-Marne Attractivité (via Initiatives Télécentres) s'investit également au niveau régional ou national pour favoriser l'aboutissement de nouveaux projets. Au niveau régional, on trouve notamment le Programme Smart Work, lancé par la Région Île-de-France en juillet 2019, qui veille à stimuler l'offre et la demande d'espaces de coworking sur le territoire francilien. IT 77 diffuse les différents appels à projets auprès de son réseau et apporte son soutien pour le montage des dossiers de candidature. La Caisse des Dépôts, un acteur historique de l'aménagement du territoire, a la possibilité d'investir au capital des réseaux de Tiers lieux, dans le cadre sa stratégie visant l'émergence de nouvelles formes d'innovations économiques et sociales.

Au niveau national, le CNTL (Conseil national des tiers-lieux) a été récemment mis en place pour structurer la filière à l'échelle de l'hexagone. Un appel à manifestation d'intérêt a été lancé en parallèle pour financer 300 tiers-lieux, dont 150 au sein des quartiers prioritaires de la politique de la ville. En mai 2020, le réseau de Seine-et-Marne Attractivité a participé à l'élaboration du « guide de déconfinement des Tiers Lieux », piloté par le CNTL.

Toujours à l'échelle de l'hexagone, CoworkinFrance fédère le « Label C3 » (Centre collaboratif connecté), marqueur de qualité pour les tiers-lieux professionnels. En Seine-et-Marne, cinq structures sont labellisées : Coworking Services à Lognes, Au Cowork de Bussy-Saint-Georges, Digital Village à Roissy-en-Brie, E-Cre@ à la Ferté Sous Jouarre, E-L@b de Coulommiers, Lieusaint coworking à Lieusaint, Jehol à Donnemarie-Dontilly.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer