AccueilTerritoiresInfos régionCoup de frein judiciaire pour le train direct Roissy-Paris

Coup de frein judiciaire pour le train direct Roissy-Paris

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé un arrêté autorisant les travaux de la ligne ferrovière baptisée « Charles de Gaulle Express ».
Coup de frein judiciaire pour le train direct Roissy-Paris
© Adobe Stock

TerritoiresInfos région Publié le ,

C'est une première victoire pour Charlotte Blandiot-Faride, la maire (PC) de Mitry-Mory. L'édile a obtenu du tribunal administratif l'arrêt d'une partie des travaux de cette liaison ferrovière directe entre l'aéroport de Roissy et la gare de l'Est, à Paris, et qui doit traverser sa commune.

Cette ligne, autorisée par le gouvernement fin 2019, est censée être mise en service à la fin de l'année 2025. Mais ses promoteurs doivent composer avec une vive opposition emmenée par des élus communistes et écologistes. Ceux-ci dénoncent un « train des riches » (24 euros le trajet de 20 minutes), ainsi que les nuisances liées à son chantier et à son futur fonctionnement. Cette contestation se concentrait également sur les exceptions au Code de l'environnement et notamment sur la protection d'espèces d'oiseaux. Elle a finalement payé.

Dans son jugement, le tribunal a, en effet, estimé que l'autorisation environnementale du « CDG Express » était illégale et que la notion d'intérêt général (lien avec le trafic aérien, réduction des flux routiers et contribution à l'attractivité de la région) n'était pas prouvée.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?