AccueilInfos régionCoup de frein judiciaire pour le train direct Roissy-Paris

Coup de frein judiciaire pour le train direct Roissy-Paris

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé un arrêté autorisant les travaux de la ligne ferrovière baptisée « Charles de Gaulle Express ».
Coup de frein judiciaire pour le train direct Roissy-Paris
© Adobe Stock

TerritoiresInfos région Publié le ,

C'est une première victoire pour Charlotte Blandiot-Faride, la maire (PC) de Mitry-Mory. L'édile a obtenu du tribunal administratif l'arrêt d'une partie des travaux de cette liaison ferrovière directe entre l'aéroport de Roissy et la gare de l'Est, à Paris, et qui doit traverser sa commune.

Cette ligne, autorisée par le gouvernement fin 2019, est censée être mise en service à la fin de l'année 2025. Mais ses promoteurs doivent composer avec une vive opposition emmenée par des élus communistes et écologistes. Ceux-ci dénoncent un « train des riches » (24 euros le trajet de 20 minutes), ainsi que les nuisances liées à son chantier et à son futur fonctionnement. Cette contestation se concentrait également sur les exceptions au Code de l'environnement et notamment sur la protection d'espèces d'oiseaux. Elle a finalement payé.

Dans son jugement, le tribunal a, en effet, estimé que l'autorisation environnementale du « CDG Express » était illégale et que la notion d'intérêt général (lien avec le trafic aérien, réduction des flux routiers et contribution à l'attractivité de la région) n'était pas prouvée.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?