Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Christophe Chauvet – Elcimaï : « Nous sommes prêts pour les relocalisations »

le - - Économie - Vie des entreprises

Christophe Chauvet – Elcimaï : « Nous sommes prêts pour les relocalisations »
@ DR

La crise sanitaire impacte lourdement la plupart des entreprises. Elle permet néanmoins à quelques-unes de se singulariser, comme si elles avaient, sinon prévu, a minima appréhendé, les défis économiques et sociaux d'avenir. L'ETI Elcimaï semble de celles-là, ayant depuis longtemps une vision d'une certaine réindustrialisation de la France

L'Histoire donne actuellement raison à cette conception un peu plus “souverainiste” de notre futur. Pour Elcimaï, les certitudes émanent de l'incertitude, comme le souligne Christophe Chauvet. « Qui aurait pu imaginer que ce virus allait provoquer une perturbation mondiale aussi rapide et aussi forte ? Depuis deux décennies, nous faisons face à des crises successives hétéroclites, imprévues et soudaines. Il ne faut donc pas uniquement se focaliser sur le Covid-19, mais prendre en compte l'éventualité de situations nouvelles et inédites auxquelles les dirigeants et les entrepreneurs vont devoir s'adapter. »

Elcimaï bénéficie d'une réelle expérience en la matière. Le Covid-19 a, bien entendu, impacté l'entreprise, comme il l'a fait de toute l'économie. Pourtant, les solutions que proposait le groupe seine-et-marnais, avant le confinement, portait déjà les stigmates de la gestion de crise : « Nous n'avons eu aucune difficulté à déployer le télétravail et à connecter tous nos collaborateurs pour organiser les choses. Elcimaï était déjà très fortement connectée. Sous l'impulsion de Pascal Denier, beaucoup des salles de notre siège étaient équipées en visio conférence. »

La route vers le “4.0”

« Notre groupe est aussi préparé à la nouvelle économie, orienté vers un changement profond de beaucoup de modèles ». C'est la société 4.0 qui se profile. Elcimaï bénéficie d'un développement bicéphale – immobilier et numérique –, deux spécialités a priori incompatibles… Pourtant, ces deux pôles se développent en totale cohérence : « La donne a changé. A présent, le numérique a pris le leadership. Il pilote tout. Pour les opérations immobilières, les collaborateurs interviennent en BIM, en Revit, en maintenance prédictive… On ne vend plus un immeuble, mais l'infrastructure avec tous les services associés. »

Un nouveau monde ?

Le Covid-19 a provoqué une prise de conscience nationale, notamment en termes de relocalisations. « Quand on parle d'industrie souveraine, notre offre est totalement adaptée. Les secteurs protégés étaient jusqu'à présent limités au nucléaire et à l'armement. Ils vont sans doute s'étendre aux secteurs de la santé, de l'agroalimentaire... On comprend aujourd'hui que certaines relocalisations stratégiques sont devenues indispensables. Avec Elcimaï, nous allons avoir un rôle de facilitateur, en apportant une capacité d'implantation rapide, flexible, pouvant s'adapter à différents secteurs industriels. Nous avons actuellement deux opérations sur lesquelles nous sommes parfaitement en résonnance avec la situation actuelle.

Tout d'abord, notre concept d'Enveloppe Industrielle Durable est capable d'accélérer les retours sur le territoire national. Il nous permet de déconnecter le process de fabrication de la structure immobilière, proposant ainsi une vraie flexibilité sur l'équipement des sites. Un pilote de ce modèle vient d'être implanté sur le site de l'EPA Sénart. À Amiens, nous développons, par ailleurs, une plateforme XXL de 120 000 m2 vouées au e-commerce, autre tendance particulièrement forte actuellement. ».

La marque de territoire

Dans un autre registre, le lancement de la marque départementale est, pour Christophe Chauvet, un atout supplémentaire : « Je pense qu'aujourd'hui, le marketing est devenu fondamental. Il ne suffit pas d'avoir un bon produit, encore faut-il savoir le vendre… On a inventé le minitel, mais pas Google… Toute action de communication a évidemment du sens. Derrière cette marque, il y a aussi une image. Le Département valorise son histoire, son patrimoine et surtout son environnement, si important actuellement. C'est ainsi que l'on peut mieux vendre notre territoire. Le Département a son rôle à jouer en matière d'attractivité. Lancer une marque est donc une bonne idée. C'est un véritable outil avec lequel il faut travailler pour valoriser notre territoire auprès des industriels et des investisseurs étrangers intéressés. Il y a des opportunités à aller chercher. »




Jean-Paul VIART
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer