Christian Ratoni « Le basket en Seine-et-Marne se porte très bien »

le - - Territoires - Infos région

Christian Ratoni  « Le basket en Seine-et-Marne se porte très bien »
© D.R.

Christian Ratoni est président d'Ozoir Val d'Europe Basket. Au-delà de son club, il porte un regard optimiste sur le développement de ce sport dans le département.

Comment êtes-vous arrivé à la présidence d'Ozoir Val d'Europe Basket ?

Je suis président depuis 10 ans environ de l'association sportive Ozoir basket club 77 après avoir exercé les fonctions de secrétaire pendant plusieurs années. Je suis arrivé au club il y a une trentaine d'années par le biais de mes enfants qui y faisaient du basket. Je suis bénévole depuis une trentaine d'années. En ce qui concerne la CTC Ozoir Val d'Europe, je suis cette saison le vice-président ; le président étant Michel Puig qui est aussi le président du club de Val d'Europe. La CTC est en effet dirigée par un comité de pilotage composé de licenciés de deux clubs et d'une présidence tournante chaque année. Cette saison, c'est Michel Puig qui est président de la CTC Ozoir Val d'Europe. Dix équipes masculines sont inscrites sous la CTC cette saison de séniors à U13. L'équipe Senior 1 étant actuellement première de sa poule en NM3 à un match avant la fin de saison (dernier match le 14 avril à Ozoir contre Marne la Vallée) et donc en passe de monter en NM2.

Peut-on gérer un club de basket de niveau national comme une entreprise ?

On ne gère pas un club comme une entreprise. Les membres du conseil d'administration sont des bénévoles, les rapports sont différents. Il existe toutefois des similitudes sur certains points ou domaines. Gérer une association sportive demande beaucoup de temps et d'organisation. Malheureusement il est de plus en plus difficile de trouver des bénévoles, notamment pour les tâches administratives (secrétariat, comptabilité...).

Comme se passe la collaboration avec la Ville d'Ozoir et comment vous aide-t-elle ?

La collaboration avec la Ville d'Ozoir et en particulier avec le maire Jean-François Oneto, ou l'adjointe aux sports Audrey Fleck, se passe très bien. Ils sont à l'écoute de nos problèmes et de nos sollicitations. L'inondation du gymnase Boulloche, au mois d'août dernier, et sa fermeture pendant plusieurs mois pour refaire le parquet détérioré en est un parfait exemple. La Mairie a trouvé des solutions alternatives pour que nos licenciés puissent continuer à pratiquer le basket et que le club continue à vivre, notamment en effectuant des travaux d'homologation au gymnase Anquetil (tracé, éclairage...) pour les rencontres au niveau national.

En dehors du département de Seine-et-Marne, quelles sont vos autres ressources ?

Les ressources du club sont principalement constituées par les subventions des collectivités (CD77, mairie), le partenariat et les cotisations des licenciés.

Pensez-vous que le basket en Seine-et-Marne peut autant attirer que d'autres sports ?

Le basket en Seine-et-Marne se porte très bien, le nombre de licenciés le démontre. En revanche, il n'y a aucun club qui représente le Département dans les divisions supérieures à la N3, c'est un problème que l'on ne peut ignorer, le haut niveau est absent en Seine- et-Marne. je pense que cela est dû au manque de partenaire.

Comment voyez-vous le développement du club dans le futur?

La saison prochaine, nous espérons être le club représentant le Département en Nationale 2 – aucun club cette saison et quatre en Nationale 3. Nous allons peut-être accéder en NM2 , ce qui serait formidable pour le club et la CTC Ozoir Val d'Europe. Nous étions encore au niveau régional il y a quelques saisons. Le projet a été construit autour d'un groupe de joueurs et d'un coach. C'est la principale force de l'équipe. L'équipe N3 a été intégrée à la CTC cette saison.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide