AccueilActualitéSociétéChamps-sur-Marne : le rappeur Timal condamné à 6000 euros d'amende pour avoir frappé son chien

Champs-sur-Marne : le rappeur Timal condamné à 6000 euros d'amende pour avoir frappé son chien

S'il ne régle pas cette somme, le rappeur s'expose à 120 jours d'emprisonnement. Il est également condamné à une interdiction de détenir des animaux pendant cinq ans.
Champs-sur-Marne : le rappeur Timal condamné à 6000 euros d'amende pour avoir frappé son chien
© Timal

ActualitéSociété Publié le ,

Deux jours après avoir diffusé une vidéo dans laquelle il maltraite son animal, le musicien a été condamné à une peine de 120 jours-amendes à 50 euros pour «actes de cruauté envers un animal domestique» par le tribunal de Meaux.

Le rappeur Timal a été condamné jeudi 1er septembre au soir par le tribunal de Meaux à verser 6.000 euros pour «actes de cruauté envers un animal domestique», deux jours après avoir diffusé une vidéo dans laquelle il frappe son chien, a appris l'AFP auprès des avocats des parties. Ruben Louis - son vrai nom - a été condamné tard dans la soirée à une peine de 120 jours-amendes à 50 euros, soit un total de 6.000 euros. S'il ne réglait pas cette somme, il s'exposerait à 120 jours d'emprisonnement. Il est également condamné à une interdiction de détenir des animaux pendant cinq ans.

Bas du formulaire

Cette sentence a été préalablement proposée par le ministère public et acceptée par le rappeur dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), sorte de «plaider-coupable» à la française qui permet de juger plus rapidement certains délits, à condition que le mis en cause reconnaisse les faits.

L'artiste de 25 ans a été interpellé et placé en garde à vue mercredi à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) en banlieue parisienne, où il réside. La veille, il avait posté sur le réseau social Snapchat une vidéo dans laquelle il se filme en train de donner trois coups de pied au niveau de la tête à l'un de ses deux chiens. «Connard va», pouvait-on lire en légende. Les molosses ont été saisis et confiés à une association de protection animale.

«C'est une peine adaptée à la situation puisque Timal a reconnu les faits et surtout a exprimé des regrets extrêmement sincères. La vidéo n'est pas du tout représentative de la manière dont il a toujours traité ses animaux», a déclaré à l'AFP Me Elise Arfi, son avocate. «Le fossé se creuse entre une opinion publique ultra sensibilisée qui n'accepte plus les atteintes faites aux animaux et des peines infligées qui sont très en-deçà des peines maximales» et «absolument pas dissuasives», a réagi de son côté Me Caroline Lanty, avocate de la Fondation 30 millions d'amis, qui avait porté plainte.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?