AccueilVie des entreprisesBurin-Penet : De Boissy-le-Châtel à la rénovation du restaurant de la Tour Eiffel

Burin-Penet : De Boissy-le-Châtel à la rénovation du restaurant de la Tour Eiffel

Installée à Boissy-le-Châtel, L'entreprise Burin-Penet intervient depuis quelques semaines au deuxième étage de la tour Eiffel. Rencontre avec Sébastien Burin, gérant de la société briarde.
Burin-Penet : De Boissy-le-Châtel à la rénovation du restaurant de la Tour Eiffel
© DR

ÉconomieVie des entreprises Publié le ,

Comment est née votre entreprise et quelle a été l'évolution de celle-ci jusqu'à aujourd'hui ?

1964/1992 - Roger Penet, notre grand-père, alors jeune chef de chantier en gros œuvre de 32 ans, porté par l'esprit d'entreprise et la passion de la construction, fonde la Maçonnerie Générale Penet en septembre 1964. L'entreprise s'implante en plein centre du petit village de Boissy-le-Châtel.

1993/2015 - Début d'année 1993, Roger Penet cède sa place à sa fille aînée, Annie Penet (épouse Burin) notre mère, l'entreprise se spécialise alors dans les travaux de rénovation dans l'habitat traditionnel Briard. En 2005, la Société familiale change de place et s'installe dans la nouvelle Zone artisanale de Boissy-le-Châtel, La ZAC des 18 Arpents, avec des locaux plus spacieux, un dépôt plus ergonomique.

2013 - Après 4 années de baisse d'activité et un choc familial avec le décès de notre frère aîné, notre mère se retrouve en difficulté avec l'entreprise. Mon frère et moi réalisons que si nous ne faisions rien, l'activité n'allait pas pouvoir continuer longtemps. Il fallait faire quelque chose !

En septembre 2013, je quitte mon employeur et décide de redynamiser la boîte familiale. De là, remise à plat de la gestion comptable, réponses aux marchés publics, spécialisation en habitat traditionnel, isolation thermique et acoustique, développement de l'activité béton de chanvre et plafond acoustique. Penet devient Burin-Penet.

En 2016, avec l'activité qui reprend, mon frère quitte son employeur et me rejoint afin de continuer notre chemin. Notre mère quitte l'entreprise pour une retraite bien méritée... »

Votre secteur est-il concurrentiel en Seine-et-Marne ?

« Oui, c'est un secteur assez concurrentiel. De grands acteurs spécialisés en plâtrerie et isolation sévissent dans le secteur. C'est pourquoi il fallait nous différencier en proposant des produits et des techniques innovantes comme le béton de chanvre et les plafonds Icoustic.
Ce pari a payé semble t-il... »

Quels sont les projets à venir et les axes de développement pour cette année ?
« Les axes de développement sont les matériaux bio-sourcés et les circuits courts dans la construction en explorant diverses solutions techniques, avec des matériaux plus respectueux de l'environnement et produire en local (béton de chanvre, paille, terre, etc..). Pour cette année, c'est principalement développer ce produit assez technique Icoustic Fade. C'est une solution de plafond monolithique pour les projets avec des exigences acoustiques particulières »

Comment est arrivé votre intervention au restauration de la Tour Eiffel et avez-vous souvent des marchés de ce type ?

« C'est assez nouveau et très enthousiasmant. C'est un ami industriel qui nous a permis de participer au projet de la tour Eiffel, le représentant d'Icoustic France, Michael Pires. Il y a quelques mois, il cherchait des entreprises susceptibles de l'accompagner pour développer son produit sur la France. C'est là qu'il m'a contacté. Il a fait un excellent travail de prescripteur et nous avons géré la mise en œuvre de son produit... Très flatté qu'il nous fasse confiance pour ses chantiers vitrines sur Paris.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?