Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Artisanat : l'IMA du Pays de Montereau se modernise

le - - Actualité - Grand témoin

Artisanat :  l'IMA du Pays de Montereau  se modernise
© DR

L'Institut des métiers de l'artisanat (IMA) du Pays de Montereau a inauguré dernièrement un tout nouveau parcours de découverte des métiers proposés par l'artisanat.

Résolument numérique, ce parcours a nécessité un rafraîchissement des locaux de ce centre de formation situé au Château de Courbeteau, à Saint-Germain-Laval. La présidente de la Chambre des métiers et de l'artisanat de Seine-et-Marne, Elisabeth Détry, a en effet souhaité « proposer un outil fonctionnel et innovant » aux apprentis, afin de « leur donner envie d'évoluer dans l'artisanat ».

En présence notamment du député de la circonscription Jean-Louis Thiériot, de la sous-préfète, Laura Reynaud, et du président du Conseil départemental Patrick Septiers, la présidente de la Chambre des métiers et de l'artisanat de Seine-et-Marne, Elisabeth Détry, a coupé le ruban de ce parcours déjà expérimenté à l'IMA du Pays de Meaux. Patrick Septiers a d'ailleurs rappelé que les premiers ateliers et laboratoires du Centre de formation du Château de Courbeteau, financés par l'Etat et le Département, avaient été inaugurés à Saint-Germain-Laval en 1982. « L'Institut des métiers et de l'artisanat du Pays de Montereau, qui remplace désormais ces anciens ateliers accueille plus de 800 apprentis dans 16 secteurs professionnels distincts, préparant à plus de 25 diplômes, du CAP jusqu'au BTS », a complété l'élu.

Conçu en partenariat avec l'Onisep, ce parcours vise à mettre à disposition du public « un véritable outil d'orientation et d'information sur les métiers de l'artisanat ». C'est le directeur de l'IMA du Pays de Montereau, Bruno Chaniol, qui a dirigé la visite et fait découvrir aux élus les différents « outils de pointe » dont dispose désormais l'IMA.

Des dalles tactiles ont en effet été disposées tout au long du cheminement flèché. Cette application ludique permet au public d'accéder à des informations sur les filières professionnelles de l'IMA. Les cursus sont ainsi représentés sous forme de schémas interactifs avec les passerelles possibles entre les formations. Les diplômes (du CAP au BTS), les titres et certifications professionnels (CQP…) font l'objet d'un descriptif avec les éléments-clés : publics visés, conditions d'accès, contenu de la formation, poursuites d'études... Des QR codes permettent un prolongement d'information vers les fiches formations et les vidéos du site Onisep. Un reportage photos évoque également l'ambiance à l'IMA. Des visuels à 360° invitent à une visite virtuelle des espaces de formation (plateaux techniques…) et des vidéos plongent les spectateurs dans la réalité des apprentissages. Enfin, des quiz permettent de tester ses connaissances sur les métiers et les formations de l'IMA.

Ce parcours n'est pas uniquement virtuel, puisque les visiteurs ont la possibilité de voir directement à l'œuvre les différents apprentis du site de Saint-Germain-Laval, qui se forment en boulangerie, pâtisserie, boucherie, restauration, commerce, automobile, coiffure, esthétique, fleuristerie et toilettage canin.

Une modernisation des locaux

Pour permettre la bonne mise en place de cet outil innovant, l'accessibilité et la sécurité des locaux ont été renforcés. Les ateliers, les plateaux pédagogiques et les salles de cours sont désormais accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR). Elisabeth Détry a précisé que « cette première phase de travaux ne s'arrêtait pas là », malgré les bouleversements actuels touchant les Chambres des métiers, puisque l'internat sera également modernisé et mis aux normes d'accessibilité, ainsi que le pôle hôtellerie-restauration, le pôle carrosserie et la salle polyvalente. Tous ces travaux ont été financés à 80 % par la Région à hauteur de 1,392 million d'euros.

Rappelant que « la formation professionnelle » est le cœur de métier des CMA, la présidente a rappelé leur « intérêt tout particulier pour l'apprentissage et la valorisation de nos métiers », avec en ligne de mire « l'accompagnement vers l'emploi des jeunes générations ».

« C'est pour cela que nous devons leur proposer un outil fonctionnel et innovant qui leur donnera envie d'évoluer dans le monde de l'artisanat », a expliqué Elisabeth Détry.

Pour rappel, le centre de formation (CFA) de la CMA de Seine-et-Marne dispose actuellement de deux sites. Outre l'IMA du Pays de Montereau, situé au château de Courbet, à Saint-Germain-Laval, la Chambre accueille des apprentis à l'IMA du Pays de Meaux. Ce dernier a été récemment salué par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, pour son travail avant-gardiste en matière de handicap. « Nous démontrons ainsi notre volonté d'offrir des établissements de formation accueillants et performants à nos jeunes publics », a estimé Elisabeth Détry. Un troisième site de formation, qui doit, dès la fin de l'année, voir le jour à Melun, a également été annoncé lors des vœux 2018 de la présidente de la CMA 77.

Estimant avoir « toujours mis la barre très haute » en matière d'apprentissage, Elisabeth Détry a indiqué vouloir que ces jeunes « soient fiers de sortir de nos établissements comme d'une grande d'école ». Car ces derniers
« sortent » en effet « avec un diplôme et pour 80 % d'entre eux avec un emploi immédiat ».

Et la présidente de conclure :
« nous sommes tous d'accord pour dire que l'apprentissage est la solution d'avenir pour la qualification de nos jeunes, leur employabilité et la compétitivité de nos entreprises ».

Patrick Septiers soutient l'artisanat

Rappelant que « trop souvent, l'apprentissage a pu être considéré comme la voie secondaire de ceux qui ont souhaité une insertion rapide », le président du Département a estimé qu'au contraire,
« l'apprentissage [était] une formation d'excellence, une formation choisie ». En effet, pour Patrick Septiers, « elle s'enrichit par la maîtrise de savoir-faire et par les expériences acquises en entreprise ;
des atouts indispensables au modelage de l'économie de proximité de la Seine-et-Marne de demain ».

Et le président de poursuivre : « l'Artisanat fait appel à des métiers touchant à l'Art et à l'Histoire, dont tous les territoires de la Seine-et-Marne se veulent une terre d'ancrage. Je pense, volontiers, à la longue tradition du Brie, le cidre Briard ou encore les plaques émaillées des rues médiévales de Meaux. Cette longue tradition se poursuit aujourd'hui, héritage immémorial de gestes répétés et rompus aux nouvelles techniques, mais elle s'exerce sous une forme entrepreneuriale différente. Les contingences nouvelles qui se présentent à ces anciennes compagnies et à ces anciens corps de l'artisanat attestent des nombreux changements et il convient de les accompagner ».

Le Département a ainsi souhaité renforcer son partenariat avec les chambres consulaires, dont la CMA de Seine-et-Marne. De ce partenariat sont nés les tomes 1 et 2 du Livre blanc consacrés à l'économie, à l'emploi et à la formation. « Notre ambition commune est que l'offre de formation soit toujours plus impotant dans notre département. Ce travail de longue haleine doit permettre également de rendre la Seine-et-Marne plus attractive, en évitant la fuite de nos jeunes et de nos talents qui font l'avenir de notre territoire », a exposé Patrick Septiers.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer