Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

Accélérer le Grand Paris !

le - - Territoires - Collectivité

Accélérer le Grand Paris !
© Paris IDF capitale économique - Pierre Simon à la tribune, président de Paris IDF capitale économique

Le 2e Forum sur le Grand Paris, organisé par ParisÎle de France Capitale Economique, a permis aux acteurs économiques de dessiner l'avenir de la Région Capitale. Jean Lemierre, président du conseil d'administration de BNP Paribas, a apporté pour sa part les conclusions du groupe de travail qu'il présidait. Selon lui, le succès du Grand Paris « passe par la mobilisation des investissements privés français et étrangers ».

Ce groupe de travail avait pour mission de répondre à la question essentielle : « Comment mobiliser plus fort, plus vite et mieux financements et investissements internationaux pour accélérer le Grand Paris ? ». Selon Jean Lemierre, président du conseil d’administration de BNP Paribas : « Les grandes métropoles du monde qui réussissent ont une vision et un plan stratégique de mise en œuvre. Le Grand Paris est un projet de développement économique parmi les plus importants au monde. » L’ambition pour la Région capitale à 15 ans est « de doubler le rythme de croissance de l’Île-de-France, de créer un million d’emplois, de développer des clusters d’excellence mondiale, de placer la Région Capitale dans le Top 5 des global cities les plus attractives et de devenir une métropole-phare du XXIe siècle, vitrine des meilleures innovations, notamment dans le domaine du développement durable. »

 

Une mobilisation générale

Selon les intervenants du deuxième Forum sur le Grand Paris, la réussite du projet dépend de plusieurs conditions essentielles. Parmi celles-ci, l’implication des Pouvoirs publics au plus haut niveau et la mobilisation le plus en amont possible des entreprises et les investisseurs privés français et internationaux.

Dans ce sens, Paris - Île de France Capitale Economique se félicite des mesures prises récemment par le gouvernement, qui répondent pleinement à ses demandes, et parmi elles :

1. L’implication personnelle du Premier ministre qui porte le projet et montre la détermination et l’ambition du gouvernement ;

2. La reconnaissance d’un projet majeur de développement économique qui apporte croissance et emploi à notre Région Capitale et, au-delà, à l’ensemble de notre pays ;

3. La décision de réaliser des lignes desservant les aéroports et Paris-Saclay en 2024 ;

4. Le soutien du gouvernement à la candidature de Paris - Île-de-France pour l’Exposition universelle de 2025 ;

5. La mise en service du Charles-de-Gaulle Express dès 2023 ;

6. La proposition à la Commission européenne du financement des réseaux Grand Paris Express, Charles-de-Gaulle Express et Eole, au titre du Plan d’investissement Juncker ;

7. L’octroi d’un prêt de 4 milliards d’euros sur fonds d’épargne par la Caisse des Dépôts et d’un prêt d’un milliard d’euros par la Banque européenne d’investissement ;

8. Les dispositions de la loi Macron, qui simplifient et encadrent les procédures relatives aux grands projets afin de réduire les délais de réalisation. 

Mobiliser plus fort, plus vite et mieux financements et investissements internationaux pour accélérer le Grand Paris nécessite trois conditions essentielles : crédibiliser les financements et convaincre les investisseurs ; accélérer et valoriser les opérations d’aménagement notamment autour des gares du Grand Paris Express et au-delà ; mettre l’innovation au service de la valorisation et du financement de l’infrastructure et des gares. Dans le détail : 

 

I. Crédibiliser les financements et convaincre les investisseurs.

Affirmer la détermination des Pouvoirs publics en assurant un pilotage global au niveau gouvernemental.

Sécuriser le plan de financement et les moyens de la société du Grand Paris car l’essentiel de l’infrastructure a vocation à être financé par les Pouvoirs publics.

Développer, au-delà du paiement des titres de transport, qui reste un élément essentiel de l’équilibre financier, le potentiel de recettes annexes issues des revenus fonciers, loyers et des redevances d’exploitation, naming, infrastructure numérique, production, concentration et mise à disposition de données…

Viser à obtenir la déconsolidation de l’investissement de la dette publique.

Mobiliser les financements privés, en tirant pleinement parti de la diversité des instruments juridiques disponibles.

Simplifier les relations avec les investisseurs en lançant un ou plusieurs fonds dédiés.

 

II. Accélérer et valoriser les opérations d’aménagement notamment autour des gares du Grand Paris Express, et au-delà.

 Associer le plus en amont possible à la conception et au financement du projet les sociétés privées susceptibles de réaliser la zone à aménager.

 Privilégier systématiquement le recours au levier financier et humain qu’offre l’aménageur privé.

 Répondre à l’incertitude juridique, notamment celle qui pourrait découler des compétences nouvelles de la métropole de Paris.

 Tirer pleinement parti de la compétence d’aménageur qui est reconnue à la SGP.

 Faciliter l’émergence d’un consensus.

 Veiller dès la conception des opérations à ce que les logements et bureaux produits in fine correspondent à une demande réelle et solvable.

 Investir davantage dans les réseaux routiers.

 

III. Mettre l’innovation au service de la valorisation et du financement de l’infrastructure des gares.

• Concrétiser l’ambition de faire du Grand Paris Express « le métro le plus numérique du monde ».

Développer une structure dédiée à la valorisation du réseau numérique, filiale de la SGP.

Agréger les données voyageurs recueillies et les valoriser.

Utiliser le numérique pour accélérer et fluidifier le trafic voyageur, source de revenus.

Augmenter l’attractivité du réseau.

Rendre les gares et leurs quartiers efficaces en énergie.

Optimiser les gares et les lieux à vivre environnants.

Pour Jean Lemierre, « Le Grand Paris, c’est une réalité, c’est parti et ça va marcher ! C’est l’un des plus beaux projets que la France et l’Europe puissent avoir. Il faut maintenant y aller, car les autres métropoles avancent aussi. » 

Selon Pierre Simon, président de Paris - Île de France Capitale Economique : « Un large consensus existe désormais sur le projet du Grand Paris. Mais il manque encore des outils pour mobiliser les investisseurs internationaux et apporter au projet la qualité et l’innovation qui vont le différencier des projets similaires qui existent ailleurs dans le monde ».

 

Paris - Île-de-France Capitale Economique

Créée il y a près de vingt-cinq ans par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, Paris-Ile de France Capitale Economique rassemble une centaine de grandes entreprises françaises et internationales, garantes de son indépendance. Elle a notamment pour mission d’attirer de nouveaux investisseurs étrangers à Paris – Île-de-France et de renforcer son attractivité par des actions de lobbying auprès des décideurs politiques et économiques.

* Plus d’informations sur Greater Paris investment agency.




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer