Fermer la publicité
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

À Vaux-le-Vicomte, des Rubans Ephémères en guise de buis

le - - Territoires - Infos région

À Vaux-le-Vicomte, des Rubans Ephémères en guise de buis
@ DR

Le jardin tricentenaire de Vaux-le-Vicomte, considéré comme l'œuvre fondatrice des jardins à la française d'André Le Nôtre, a vu ses buis remplacés par une œuvre éphémère de l'artiste Patrick Hourcade.

Les buis du parterre des boulingrins, âgés et malades, ont été arrachés durant l'hiver 2019. Ils laissent aujourd'hui leur place à une œuvre d'art éphémère spécialement créée pour le domaine.

L'œuvre s'inspire des dessins d'arabe-sque d'Achille Duchêne au début du XXe siècle (eux-mêmes inspirés des broderies dessinées par Le Nôtre au XVIIe siècle).

Ces rubans ont été formés à l'aide de 390 plaques d'aluminium inclinées. Elles sont toutes uniques : chaque plaque est de taille, de forme et d'inclinaison différentes. L'aluminium a été choisi pour donner « force et dynamisme » aux arabesques et permettre des jeux de reflets et de miroirs à l'instar des bassins du jardin. En effet, l'œuvre se veut évolutive et vivante, « telle une vidéo naturelle »,
l'observateur ne la verra jamais identique deux jours de suite. C'est le ciel qui, se reflétant dans les plaques, leur donne différents éclats, permettant une modification permanente des Rubans ephémère. « Le fait de reprendre l'arabesque était une évidence. L'arabesque est à la fois l'ADN du jardin et la cause du problème, car le dépérissement des buis est la cause de l'œuvre d'art contemporaine » explique l'artiste, Patrick Hourcade.

L'œuvre éphémère sera présentée durant deux à cinq ans, le temps pour le domaine de trouver une solution pérenne au remplacement des buis du jardin à la française.

C'est en 2010-2011 que les premiers signes de dépérissement des buis ont été constatés. En cause : l'âge des végétaux (centenaires), un sol médiocre et des maladies fongiques causées par des champignons. Suite à une attaque de la pyrale jugée « fulgurante et exceptionnelle » durant le printemps et l'été 2017, 70 % des buis ont péri. C'est pourquoi un comité, réuni en 2017, avait entériné le fait qu'il n'était plus « raisonnablement envisageable de les sauver ». Avant qu'un projet définitif de remplacement ne soit déterminé, les propriétaires avaient décidé d'organiser à l'été 2018 un appel à candidatures auprès d'artistes, paysagistes, designers pour créer une œuvre éphémère sur ces deux parterres. Les buis avait ensuite été arrachés en férvier 2019. C'est après la délibarétion d'un jury spécialisé que le projet de Patrick Hourcade a été retenu.




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer