Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

Célébrations des 100 ans du Medef Seine-et-Marne (2/2)

le - - Actualité - Grand témoin

Célébrations des 100 ans du Medef Seine-et-Marne (2/2)
© MSM - Louis Vogel, maire de Melun, Jean-Marc Sereni, président du Medef Seine-et-Marne, Aude Luquet, députée, Patrick Martin, président délégué du Medef national, Céline Romain, fondatrice de la Rurban Coop, Vincent Éblé, sénateur de la Seine-et-Marne.

Suite du retour sur la célébration du centenaire du Medef Seine-et-Marne.

La célébration du centenaire s'est poursuivie dans le cadre prestigieux et bucolique du Château de Vivier, à Fontenay-Trésigny, en présence de près de 300 parlementaires, entrepreneurs et élus locaux, dont le président délégué du Medef national, Patrick Martin. Avant le repas d'anniversaire et son gâteau, puis la tenue d'un feu d'artifice surprise, Jean-Marc Sereni a accueilli ses invités en se replongeant dans l'historique du Medef Seine-et-Marne, nommé, lors de sa création le 25 avril 1919, “Groupement des industriels de la Région de Fontainebleau“. Douzième président de ce qui deviendra en 1998 le Medef de Seine-et-Marne, Jean-Marc Sereni n'a pas non plus manqué de saluer ses prédécesseurs, dont Pierre Lory (de 2010 à 2016) et Pierre Vitte (de 1993 à 1998), présents dans la salle Charles VII du château de Vivier.

« Avec 50 % de la surface de la Région, c'est le premier département francilien pour la croissance démographique, la première destination touristique après Paris, et le premier département francilien pour la construction de logements et de locaux d'activité », a ensuite rappelé Jean-Marc Sereni, précisant que les analyses convergeaient pour indiquer la Seine-et-Marne était « promise à un fort potentiel de croissance sur les 15 à 20 ans à venir ».

En effet, qu'il s'agisse du secteur public ou privé, les projets de développement foisonnent dans le département. Jean-Marc Sereni à notamment évoqué le terminal 4 de l'aéroport de Roissy, qui sera entièrement situé en Seine-et-Marne, l'implantation du siège du Crédit Agricole Brie Picardie à Chessy (prévu pour l'été 2020) et celle du centre de formation pour Deloitte (9000 m² livrés en 2021). Le développement de zones d'activité (Val Bréon 2, Nangisactipôle, Paris-Villaroche), l'arrivée de l'industriel japonais Iris Ohyama à Lieusaint, du géant du luxe Hermès à Montereau et le maintien du siège de Picard Surgelés à Fontainebleau sont, pour Jean-Marc Sereni, autant de preuves du dynamisme local.

« Les entreprises que nous sommes doivent porter haut ces étendards, a ensuite souligné le président du Medef Seine-et-Marne, avant de saluer les 320 chefs d'entreprise dévoués aux 360 mandats. « Ensemble, je voudrai que l'on continue de créer des liens et de la valeur ajoutée », a-t-il conclu, en invitant les chefs d'entreprise à se rendre à la Rencontre des entrepreneurs de France (la nouvelle université d'été du Medef) à l'hippodrome de Paris Longchamp les 28 et 29 août prochains.

Une Seine-et-Marne inspirante

« A mes yeux, le patronat seine-et-marnais, comme ce département, sont absolument exemplaires », a d'emblée clamé Patrick Martin, président délégué du Medef, qui a indiqué apprécier « la solidarité et la convivialité » de l'organisation patronale départementale. Pour lui, « dans des périodes à la fois exaltantes et inquiétantes que nous traversons, il est important d'avoir ces moments d'échange et de complicité. Ce territoire est absolument exemplaire de par la gestion de sa diversité économique et urbanistique, sa capacité à rebondir après avoir connu des drames industriels ».

« Nous nous sommes inspirés de ce qui se passe en Seine-et-Marne pour produire une réforme du Medef en cours et qui aboutira dès les prochaines semaines, », a par ailleurs révélé Patrick Martin. « Votre Medef, par ses implantations au plus près des entreprises, a bien pris en compte cette diversité, de sorte qu'il est au rendez-vous des attentes des adhérents et de vos interlocuteurs essentiels que sont les collectivités publiques ».

Se disant lui aussi « territorial viscéral » de par ses origines provinciales, Patrick Martin a invité les entrepreneurs Seine-et-Marnais à « assumer cet engagement ». Il s'agira donc pour le Medef de « prendre en compte plus fortement les territoires », de les défendre et de les valoriser. « Cette réforme va conduire à plus de démocratie, plus de transparence, une meilleure prise en compte des adhérents de base », a poursuivi Patrick Martin, indiquant que le Medef devait « envoyer un message d'ouverture et de modernité » à la société. « Si l'entreprise n'envoie pas elle-même ce message de modernité, de projection vers l'avenir, de prise en compte de l'environnement et des territoires, nos entreprises ne seront pas attractives mais décriées. C'est notre responsabilité d'être les principaux contributeurs d'une croissance responsable ».

L'action du Medef Seine-et-Marne saluée

Patrick Septiers, le président du Département, a ensuite souhaité « rendre hommage » à tous les dirigeants et à tous ceux qui ont contribué à la construction de « cette organisation reconnue pour son professionnalisme, sa capacité d'écoute et son imagination ».
« Offrir les conditions d'un environnement entrepreneurial attractif permettant de soutenir nos entreprises, faire vivre notre territoire et favoriser l'emploi, voici notre ambition », a-t-il déclaré, en évoquant le budget d'investissement de 170 millions d'euros du Département, l'amélioration des réseaux de transport, ou encore l'évolution de la politique contractuelle avec les collectivités, favorables au marché des entreprises locales.

Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne, également invitée à s'exprimer, a tenu à rappeler que l'Etat se trouvait « aux côtés des entreprises pour assurer et garantir les conditions propres à la création de richesses », se disant consciente du décalage entre les besoins en main d'œuvre et les difficultés de recrutement.

L'action du Medef Seine-et-Marne,
« qui depuis sa création œuvre pour développer et pérenniser les entreprises face aux difficultés », avec « l'humain au cœur de ses préoccupations », a aussi été saluée par Béatrice Abollivier. « Le Medef Seine-et-Marne n'a jamais séparé l'économie du social, il n'est pas d'entreprise vivante sans préoccupation pour la condition des salariés », a-t-elle affirmé.

Evoquant à son tour l'arrivée d'Iris Ohyama, « plus gros investissement japonais en France depuis 10 ans », ainsi que d'autres « grands projets structurants », tels que le développement du site de Paris-Villaroche sur 400 hectares, la préfète s'est dit confiance quant aux retombées positives pour le Département.




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer