Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

« Une bonne moisson en quantité et en qualité »

le - - Économie - Vie des entreprises

« Une bonne moisson  en quantité et en qualité »
@ DR

Malgré la sécheresse et les épisodes de canicule successifs, la moisson devrait plutôt satisfaire les agriculteurs du département. C'est en tout cas ce qui ressort des témoignages du président de la FDSEA 77, Cyrille Milard, exploitant à Maison-Rouge, et de Sébastien Guérinot, président des Jeunes agriculteurs de Seine-et-Marne (JA 77), exploitant à Thénisy.

« Globalement la moisson sera bonne tant en quantité qu'en qualité », précise Cyrille Milard. Dans le détail, les résultats sont plutôt hétérogènes et selon les premières estimations du président de la FDSEA 77, le rendement devrait se situer aux alentours des 9 t/ha pour le blé, et 8 t/ha pour l'orge. « Pour le colza il y aura du très bons et du très mauvais », poursuit-il, craignant le pire pour les années à venir. « Nous n'avons plus d'insecticides suffisamment efficaces pour le colza. Et s'il ne pousse pas assez rapidement, il n'est pas suffisamment vigoureux et nous devons nous contenter de regarder les insectes le manger », explique Sébastien Guérinot.

Pour le reste, le président des JA 77 fait le même constat. L'impact de la canicule sur la moisson est plutôt faible, « mis à part sur la qualité des orges brassicoles », qui pourraient être déclassées en orges fourragères (destinée aux animaux), moins rémunératrices.

L'exploitant se montre toutefois inquiet vis-à-vis de des récoltes à venir du maïs, de la betterave et du soja, qui ont souffert de la chaleur. « Les maïs sont desséchés, nous nous retrouvons au final avec très peu de grain par épis comme l'année dernière, et dans ces cas-là les rendements sont très faibles », précise Sébastien Guérinot. Selon Cyrille Milard, les baisse pourraient atteindre 25 %, voire même 50 %.

« Les moissons sont très hétérogènes selon les années, nous avons toujours des cultures qui s'en sortent mieux que d'autres. Depuis 4 à 5 ans, nous avons des amplitudes énormes, avec de bonnes surprises en blé et de très mauvaises pour les cultures d'automne », complète Sébastien Guérinot.

« Nous sortons de quatre années avec des rendements plutôt moyens, cette année sera bonne en termes de volumes et de qualité. On peut dire que ça aide à faire remonter le moral des agriculteurs qui était en berne depuis 4-5 ans (depuis les inondations de 2016, NDLR), nous en avions besoin. Espérons que les prix suivent dans l'année pour que nous puissions valoriser au mieux notre travail », conclut Cyrille Milard.

Sébastien Guérinot précise de son côté : « Une grosse majorité d'agriculteurs se désendette mais c'est très long. Les exploitations vivent en moyenne sur le département avec 150 euros de revenu à l'hectare (résultat net), ce qui n'est pas la panacée ».

Le semis des couverts vétégaux menacés

La dureté du sol liée à la sécheresse complique aussi le semis des couverts végétaux, ces cultures dites “pièges à nitrate”. « Dans ces conditions nous nous inquiétons de savoir comment nous allons pouvoir travailler le sol pour semer, nous avons le souvenir de l'année passée, où il n'a pas plu durant quatre mois », se remémore Cyrille Milard.

Et de poursuivre : « Nous avons eu un petit épisode de pluie fin juillet, nous espérons qu'il y en aura de nouveaux au mois d'août pour semer ces couverts, pour nos cultures de colza et également pour permettre l'arrachage de nos betteraves. »

Les agriculteurs seine-et-marnais au soutien des éleveurs voisins

Les prairies et pâturages ayant été desséchés, les agriculteurs de certains départements d'élevage ont eu des difficultés pour nourrir leurs bêtes.
« Aussi nous avons lancé deux opérations “solidarité paille“ en partenariat avec la Lozère et l'allier, ce qui a plutôt bien fonctionné, même au-delà de ce que nous avions prévu. Au lieu de broyer nos pailles avec la moisson, nous avons laissé la possibilité d'en faire des ballots », témoigne Cyrille Milard.

Le président de la FDSEA 77 précise toutefois que le ministère de l'Agriculture n'a pas donné l'autorisation aux agriculteurs de Seine-et-Marne de récolter leurs jachères (la réglementation européenne les en empêche).
« Certains départements en seuil d'alerte sécheresse ont été autorisés à le faire, alors que nos départements comme la Seine-et-Marne, l'Aisne, qui ont de l'herbe à disposition, ne l'ont pas été. C'est pour nous incompréhensible, nous nous battons pour que le ministère accepte ».




MSM REDACTION
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer