AccueilGrand témoinParis Villaroche Air Legend « Nous cherchons à transmettre une histoire à travers les machines »

Paris Villaroche Air Legend « Nous cherchons à transmettre une histoire à travers les machines »

Eric Janssonne et Thierry Marchand, sont deux des trois figures, avec Christian Amara, derrière AJM Airshow, le groupe responsable de l'organisation de l'événement. Ils parlent de son passé, de son futur… et de leurs machines favorites.
Paris Villaroche Air Legend « Nous cherchons à transmettre une histoire à travers les machines »
@ MSM

ActualitéGrand témoin Publié le ,

Comment Thierry Marchand et vous vous êtes-vous rencontrés ?

Eric Janssonne : Nous nous sommes rencontrés fin 2015, au cours d'un événement aéronautique. Il présentait, comme certains autres, des difficultés d'organisation. C'est compréhensible, sachant qu'organiser un événement aéronautique est complexe, et que cela peut s'avérer un challenge compliqué pour un gestionnaire d'aérodrome.

D'où vient l'idée d'Air Legend ?

Eric Janssonne : L'idée vient des nombreux meetings anglais et allemands dans lesquels Thierry et moi nous sommes rendus. Ils incluent notamment Duxford, en Angleterre, et Oscoach, aux Etats-Unis.
Nous cherchons à transmettre une histoire à travers les machines, d'un pays ou de plusieurs, et à présenter cette histoire. Pour ce faire, nous avons le commentateur Bernard Chabbert, qui sait vraiment s'adapter au grand public. Il commente d'ailleurs également les événements anglais !

Thierry Marchand : Nous voulions créer un événement unique en France.

Quels sont vos plans pour les éditions futures ?

Eric Janssonne : Nous essayons de changer les machines chaque année, et nous fixons notre objectif à 40-50% d'avions différents. Certains avions reviennent, soit parce qu'ils proviennent d'une exploitation du patrimoine local, soit parce que le public les redemande. Nous avons des idées jusqu'à 2025. Les thématiques changeront tous les ans, et il y aura quelques surprises. La visibilité est nécessaire pour prendre de l'avance, sachant qu'il faut bloquer ou réserver certaines machines un ou deux ans à l'avance. Pour cette même raison, nous surveillons les restaurations. L'année prochaine, nous disposerons d'un avion qui n'a même pas encore volé, mais qui est déjà réservé !

Comment se passe la collaboration avec le syndicat ?

Eric Janssonne: La collaboration avec le syndicat se déroule très bien. L'événement permet notamment la mise en avant de l'aérodrome, il représente une bonne vitrine publicitaire.

Avez-vous un petit favori parmi les avions présentés ?

Eric Janssonne: Le Spitfire, forcément. Comme le disent les amateurs, « il y a les avions, et il y a le Spitfire ».

Thierry Marchand : Probablement le DC3 Dakota. Il y en a un autre, mais il n'est pas exposé cette année, donc je vais dire le Dakota.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?