Fermer la publicit�
Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

« La REF nous ouvre l'esprit »

le - - Économie - Vie des entreprises

« La REF nous ouvre l'esprit »
@ MSM

Comme chaque année, le Medef Seine-et-Marne a rassemblé une trentaine de ses membres à la REF(Rencontre des entrepreneurs de France), l'université d'été du syndicat patronal français. Convivialité, échanges, réflexions… Les entrepreneurs nous ont précisé pourquoi ils apprécient ces rendez-vous du Medef Seine-et-Marne.

Organisée pour sa 21e édition sur l'Hippodrome de Paris-Longchamp, l'université d'été du Medef s'est parée de nouveaux atours, changeant de format, de nom, de style et de ton. Avec désormais un nouvel objectif : apporter des solutions positives à la transformation du monde. « Le Medef se modernise dans les thématiques abordées », estime Céline Romain, gérante de RurbanCoop et seule Seine-et-Marnaise membre du Comex 40, un think tank réunissant « la nouvelle génération du Medef. « C'est notamment le cas de l'urgence climatique, une thématique qui m'intéresse particulièrement », explique la chef d'entreprise, qui cite également l'évocation par Bruno Le Maire des écarts de salaires entre les sexes. « Ce sont des thèmes que l'on ne voyait pas ou peu lors des précédentes éditions », précise-t-elle. Son entreprise, forte de 80 coopérateurs, est depuis peu centre d'examen agréé pour le Certificat Voltaire (compétences en orthographe). Basée à La Rochette, RurbanCoop a aussi lancé il y a peu son catalogue d'offres de services, qui reprend plus de 60 compétences réparties en cinq secteurs (fonctionnement et gestion d'entreprises ; stratégie d'entreprise et communication ; prévention, santé et bien être ; développement des compétences ; service aux particuliers).

« Sortir de l'opérationnel »

Directeur général d'un groupe familial détenant des enseignes spécialisées (Cuisinella et Bébé Neuf) notamment en Seine-et-Marne, Sébastien Rault en est, quant à lui, à sa première participation. « Nous sommes partis de zéro, il y a huit ans. Nous avons ouvert un magasin par an jusqu'à celui de Pontault-Combault en 2016, à partir duquel nous avons fait une pause pour nous structurer, mettre en place une organisation de groupe », témoigne l'entrepreneur, qui est membre du Medef Seine-et-Marne depuis un an et apprécie les découvertes et les rencontres permises par l'événement. « Aujourd'hui, l'objectif est de sortir de l'opérationnel, d'avoir une vision de groupe et donc de rencontrer des personnes avec ce type d'expérience. Il y a beaucoup à apprendre auprès d'autres entrepreneurs pour nous qui souhaitons faire évoluer le groupe vers des objectifs ambitieux. Toutes ces personnes peuvent nous aider à les atteindre ».

« J'accompagne les entreprises de toutes tailles à développer leur efficacité commerciale ». Avec le Booster Academy, un réseau de centres d'entrainement intensif à la vente, Catherine Glemain n'en est pas à sa première création. « J'ai revendu mon centre de formation pour connaître une autre expérience avec Booster Academy », témoigne-t-elle. Ses services s'adressent tant au directeur commercial qu'au dirigeant, mais aussi au technicien. « Après un diagnostic des enjeux de l'entreprise, nous définissons un parcours pour lui donner les moyens de relever les défis que cette stratégie présente. Il peut s'agir d'une volonté de gagner de nouveaux marchés, de changer de clientèle… ». Egalement membre du Medef depuis un an, Catherine Glemain se dit conquise par son antenne seine-et-marnaise. « J'apprécie particulièrement ce Medef, qui dispose d'une équipe structurée et dynamique. Nous avons beaucoup de chance ! ».

« Une organisation qui nous défend »

Cyril Grehan dirige la société Exo Signs, qui fabrique des enseignes lumineuses à Saint-Thibault-des-Vignes. « Mon père a fondé l'entreprise en 1995. Après 15 années ensemble, nous avons repris Exo Signs avec mon frère Morgan en 2016 », explique le chef d'entreprise. Aujourd'hui composée de 25 personnes, la structure propose une prestation globale, de la conception à la réalisation, en passant par l'installation et la maintenance.
« Disneyland Paris est notre premier client », illustre Cyril Gehan, qui compte augmenter son chiffre d'affaires de 10 % en trois ans. Ce qui n'est pas sans poser la question du recrutement. « Le mode de recrutement change aujourd'hui, il faut présenter aux candidats un environnement de travail et un projet spécifique »,
répond-il, expliquant par exemple que face à la pénurie des métiers de la serrurerie-métallerie, Exo Signs formait « à son métier ses propres soudeurs ». « Je participe à plusieurs organisations et je suis heureux de faire partie de ce Medef Seine-et-Marne », confirme à son tour Cyril Grehan. Ce genre d'événement nous permet de partager notre expérience avec d'autres entrepreneurs. C'est aussi un moyen pour nous de prendre du recul. Et c'est enfin important d'être ici car c'est une organisation qui nous défend, qui prend la parole en notre nom ».

« Cultiver son réseau »

Basée à Meaux, la société Ampie (aménagement, maintenance, protection, industrie, entrepôt) est spécialisée dans l'aménagement d'entrepôts industriels et logistiques. « Nous sommes en croissance depuis quatre ans », souligne son dirigeant, Didier Vandegans, qui précise, après « avoir franchi une marche », souhaiter stabiliser ce mouvement. Trois personnes seront embauchées cette année (un commercial, une assistante commerciale sédentaire, et un préparateur de commandes en entrepôt), pour atteindre une équipe de neuf personnes. Ampie travaille avec des logisticiens, des intégrateurs logistiques, des réseaux de revendeurs, mais aussi des fabricants de rayonnages. Ses prochains objectifs ? Être à même de pouvoir répondre aux marchés publics, mais aussi investir dans le numérique. « Venir à la REF nous permet de respirer, de nous informer sur des sujets de fonds, de nous ouvrir l'esprit. C'est par exemple en venant ici que je me dis qu'il me faut vraiment investir dans le numérique », témoigne Didier Vandegans. « Il est aussi nécessaire de cultiver notre réseau, et le Medef nous y aide beaucoup ».

« S'ouvrir l'esprit »

C'est en 2008 que Jimmy Pyram a créé la société Qionis, avec pour ambition
« d'accélérer les changements au sein des entreprises ». Son équipe de six salariés a pour mission de conseiller et d'accompagner les entreprises dans leur vie informatique, et ce, tout au long de leur activité. « Nous garantissons le maintien en conditions opérationnelles de leur infrastructure informatique », précise Jimmy Pyram, qui intervient auprès des TPE-PME et d'ETI internationalisées. Soucieux de réduire son impact environnemental, Jimmy Pyram compte équiper progressivement Qionis de véhicules totalement électriques. « Je me déplace beaucoup pour chercher de nouvelles solutions qui puissent s'intégrer chez mes clients »,
souligne-t-il, annonçant entrer dans une phase de développement de nouvelles méthodologies, de nouvelles solutions et innovations. « Je ne rate jamais la REF, je m'y rends pour trouver motivation et inspiration pour bien lancer l'année. En tant que chef d'entreprise, nous sommes seuls pour décider, et le Medef est un moyen d'y remédier ».




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'information et d'annonces légales de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer