Salon Time to win : un nouveau souffle pour le Sud Seine-et-Marne

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Salon Time to win : un nouveau souffle pour le Sud Seine-et-Marne
© MSM - Djany Toquart (Save your Heart), Sonia Boros (So'Horse Coaching), Marie-Léty Burny, journaliste.

Une centaine d'exposant était présent sur ce salon organisé au Grand Parquet, qui s'est donné pour objectif de devenir le premier événement local dédié à la croissance des TPE/PME.

Si la plupart des salons parisiens consacrés au réseautage et business sont trop onéreux pour les TPE, les organisateurs du salon Time to win ont souhaité en prendre le contre-pied. Une « audace » saluée par Pascal Gouhoury, président de la Communauté d'agglo de Fontainebleau, qui est venu apporter son soutien en ouverture du salon.

Cette stratégie rentre en effet dans les projets de cette nouvelle agglomération, née en janvier 2017 et regroupant quelque 70 000 habitants travaillant dans 8 000 entreprises. De fait, son service de développement économique et touristique propose un accompagnement à la création ainsi qu'un appui financier, mais aussi de la recherche de locaux.

La principale difficulté, après celle du « foncier », étant de développer l'image de son entreprise, les organisateurs Sébastien Huneau (fondateur de l'agence de communication Efficient) et Martine Sondervorst (directrice du réseau Stop & Work) ont notamment prévu une série de Speed Meeting, préparés par Dynabuy. Un exercice salué par ses participants, qui ont apprécié la possibilité de « pitcher » en un temps record et de rencontrer un grand nombre d'entreprises issues de secteurs différents.

Cette capacité à vendre ses services a également été mise à l'honneur lors du concours « deux minutes pour convaincre », où les participants ont été invités à présenter leur projet « face caméra », sur le plateau TV du salon.

C'est Sonia Boros, de So'Horse Coaching, qui remporté le premier prix, accompagné d'un spot publicitaire d'une valeur de 3 000 euros. Cette entreprise propose, autour des chevaux, des team building, séminaires et formations en développement personnel, management et leadership. Les deuxième et troisième prix ont été respectivement attribués à Djany Toquart, pour la société Save your heart, et Steeve Broutin, pour la société Rapidle.

La soirée DJ, organisée le premier jour du salon, a constitué le point d'orgue de cet événement, la convivialité ayant été conçue comme un vecteur de business. Aussi, forts de cette première expérience, les organisateurs vous donnent rendez-vous l'année prochaine pour la deuxième édition du salon Time to win.

Les clés de la réussite

De nombreuses conférences ont émaillé le salon, du juridique, en passant par la fiscalité ou le coaching. Laurent Lefevre, directeur associé chez Dale Carnegie, a notamment présenté les « clés de la réussite », inspirées des techniques mises en place par sa société de formation.

« Pourquoi la réussite ? Parce que c'est évidemment la préoccupation de tout chef d'entreprise qui se lance. Il ya toujours une prise de risque. En travaillant sur quatre leviers nous allons limiter ces risques. Le premier concerne la notion d'ambition, de rêve. Qu'est ce que je veux créer, qu'est ce que je veux obtenir ? quelle est mon offre, comment vendre mon idée ? Ce point rejoint tout à fait l'objectif l'exercice « deux minutes pour convaincre », proposé sur le salon. Ensuite, une fois que l'on sait où l'on va, il faut savoir avec qui. Il faut travailler sur la notion de réseau, de relation. Nous considérons qu'il n'y pas à nouer de relations affectives avec tous les collaborateurs. Mais il y a personnes certaines dans le milieu professionnel avec qui nous devons nouer une vraie relation. Cela peut être le chef, en tant que salarié, et inversement. Cela peut être certains clients importants. Troisièmement, la notion d'impact. Il s'agira de travailler sur notre capacité à argumenter, à présenter des idées, à projeter de l'enthousiasme. Enfin, nous avons identifié le levier de la confiance en soi. C'est pour moi la base de la réussite, sans elle on ne va pas oser prendre des risque ni lancer son entreprise et on va de douter de nous. Comme tous les autres leviers, la confiance en soi se travaille, il n'y a pas de fatalité. C'est d'ailleurs notre cœur de métier, nous avons créé un programme de formation déjà suivi par près de huit millions de personnes. »




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide