Fermer la publicité
Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

OGI, ou l'aventure d'une vie

le - - Entreprise - Vie des entreprises

OGI, ou l'aventure d'une vie
© MSM - Odette Amann, fondatrice d'OGI, a créé cette entreprise du secteur de l'informatique il y a 22 ans.

Odette Amann, fondatrice de la société OGI, spécialisée en informatique, vient de remporter le prix « entreprise en croissance » des FCE 77. Forte de 11 salariés, l'entreprise, basée à Lognes, a réalisé 1,1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2016 et vient d'acquérir 200 m² en plus des 100 m² existants.

« Je ne suis rien sans mon équipe et mon équipe n'est rien sans moi ». Voilà maintenant 22 ans qu'Odette Amann a créé l'entreprise OGI, une SARL spécialisée dans le conseil en matériel réseau et logiciel informatique et récompensée récemment par le prix « entreprise en croissance » décerné par les Femmes chefs d'entreprise de Seine-et-Marne (FCE 77).

« J'ai reçu ce prix avec une très grande fierté et une juste reconnaissance de beaucoup de travail accompli depuis 22 ans », a-t-elle confié avec émotion. D'autant que je ne m'y attendais absolument pas ! ». Il est vrai que la concurrence fut rude, face à Sylvie Salinié, présidente de la société Agiscom créée il y a huit ans, comptant déjà une centaine de salariés et Corinne Gimenez, présidente de la société en croissance Ergelec Service.

Une clientèle fidèle

Une victoire d'autant plus savourée que l'année 2016 a été un cap particulièrement difficile à passer pour la dirigeante. Avec Christian Codron, le financier de l'entreprise et son associé, OGI a en effet procédé l'an passé à son quatrième et plus gros rachat de clientèle. « Cette reprise a été difficile, car constituée d'un gros potentiel de clients », témoigne-t-elle. L'équipe, auparavant composée de huit salariés, a en outre repris trois personnes. « Il a fallu gérer les individus, faire face aux angoisses… Les week-ends, les soirées et les vacances y sont passés ! », se souvient Odette Amann.

C'est après un emploi en alternance dans une société similaire que cette chef d'entreprise, alors âgée de 30 ans, s'est décidée à créer son activité. Le dirigeant voulant fermer son établissement, Odette Amann s'est donc proposée pour reprendre la clientèle, marquant un premier rachat conséquent. « Formée à la technique en interne, je me suis retrouvée devant le fait accompli d'une société qui allait disparaître, alors que j'y avais investi du temps de formation », explique la fondatrice d'OGI.

La jeune chef d'entreprise a ensuite pu compter sur le soutien de ses clients, ayant tous « payé au comptant » pour faciliter le lancement de l'entreprise. Et la « belle histoire » ne s'est pas arrêtée là, puisque ces clients sont « restés très longtemps fidèles à OGI ».

La révolution numérique annonce de beaux jours

Une persévérance qui a été d'autant plus saluée que la dirigeante officie dans un milieu plutôt masculin. « Nous sommes souvent en concurrence avec des sociétés dont les dirigeants sont des hommes. Je dois constamment prouver que je suis meilleure qu'eux », souligne-t-elle. En outre, si la révolution numérique promet un avenir radieux à OGI, la partie n'est pas pour autant gagnée.

Odette Amann doit sans cesse chercher de nouveaux produits, de manière à proposer des solutions avant-gardistes et adaptées à ses clients. « Il y a 15 ans, j'ai été l'une des premières à proposer la solution de sauvegarde en ligne
AdBackup de l'entreprise
Oodrive, composée de trois ingénieurs à l'époque. Ils emploient aujourd'hui 350 personnes », illustre-t-elle, se disant fière d'avoir fait partie des premières personnes à croire en leurs produits.

À la question de savoir si l'intégration des FCE 77 est pour bientôt, la dirigeante répond par l'affirmative, « une fois que les locaux seront inaugurés et les nouveaux produits déployés ». Et la croissance d'OGI n'a pas fini d'accélérer, Odette Amann ayant annoncé la signature de trois nouveaux partenariats de produits pour la rentrée.



Du même sujet


Le Moniteur de Seine-et-Marne

Journal d’annonces légales, judiciaires et administratives

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux annonces judiciaires et administratives.
Abonnement Affiches Parisiennes› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide