En visite chez Sotubema, des lycéens changent d'univers

le - - Entreprise - Vie des entreprises

En visite chez Sotubema, des lycéens changent d'univers
© MSM - Valki Capron (en jaune), entouré des lycéens et professeurs.

Dans le cadre de la semaine École-Entreprise, 21 jeunes du lycée professionnel Benjamin Franklin ont pu visiter les locaux de l'entreprise Sotubema de Coubert, spécialisée dans la production d'éléments préfabriqués en béton.

« La préfabrication béton, c'est comme la pâtisserie. On verse le béton dans un moule « huilé » que l'on met en vibration pour une répartition optimale ». Valki Capron, responsable de production chez Sotubema, n'a pas été avare en mots, lors de la semaine École-Entreprise organisée par le Medef et l'Éducation nationale, pour donner envie aux 21 jeunes issus du lycée professionnel Benjamin Franklin de le rejoindre.

Difficultés à recruter de la main-d'œuvre

« Au quotidien nous regardons comment rendre le travail moins pénible. Nous avons développé des solutions pour tout porter », précise le responsable de production, tout en montrant un pont roulant. « Il s'agit d'un travail peu complexe, mais il faut du sérieux et de la rigueur », continue-t-il, précisant qu'il s'agira de se lever à 6 h pour être en poste dès 7 h 45.

Et le retard n'est pas permis, les équipes fonctionnant souvent en binôme. En outre, compte tenu de la localité, le permis B et la voiture sont obligatoires. Mais plus que le diplôme, c'est bien la motivation qui sera déterminante pour être embauché. « Travailler en usine est vraiment différent des conditions de chantier », souligne Valki capron, au milieu des bac pro gros œuvre et CAP maçonnerie lui faisant face.

Autre argument de poids : au sein de cette entreprise familiale de 45 personnes, la convivialité est de mise. « Ici, tout le monde se connaît, nous ne sommes pas de simples numéros, argue Valki Capron. J'ai beaucoup de mal à trouver des jeunes comme vous, alors que l'activité redémarre. »

Un constat partagé par Jérôme Valer, professeur au lycée Benjamin Franklin, qui observe que les entreprises ont de plus en plus de difficultés à recruter. La conscience au travail fait notamment défaut. « Dans les années 1980, il y avait un grand besoin en main-d'œuvre, mais par la suite les entreprises se sont écartées des lycées professionnels », poursuit le professeur. D'autant que les chantiers du Grand Paris annoncent de l'activité à long terme. « Les entreprises s'aperçoivent aussi que leur personnel est vieillissant et qu'il faut transmettre leur savoir-faire », souligne Jérôme Valer.

La rectrice d'académie reçue au collège Stéphane Hessel

« À l'occasion de cette 18e édition de la semaine école/entreprise, le collège Stéphane Hessel de Saint-Germain-sur-Morin a accueilli Éric Fièvre, directeur du magasin Auchan Meaux, et Karine Covarel, responsable RH, pour une intervention en classe devant un parterre d'une cinquantaine d'élèves de 3e. Une partie de la présentation a été dédiée au « savoir-être » en entreprise et à l'école, un point important aux yeux de la rectrice Béatrice Gille et de l'inspectrice d'académie Patricia Galeazzi. La rectrice a également chaleureusement remercié les intervenants, en insistant sur l'importance de la relation école-entreprise et sur l'intérêt de faire découvrir les exigences de l'entreprise aux jeunes collégiens et lycéens.



Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Moniteur de Seine-et-Marne Journal d'annonces légales, judiciaires de Seine-et-Marne

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide